22/06/2015

JOUAIENT LES DEMONS parodie "J'oublierai ton nom" Johnny HALLYDAY

Jouaient les démons Le 28/04/08 – P/38 

Des semaines d’équilibre sur un fil de démence
Quand une ombre indocile se propage en silence
Déterre les démons
 
Combattre sans armure les fautes du passé
Les échos du futur qui pleurent tous les regrets
Déterrent les démons
 
Cet artiste qui chante sur la dernière chance(EO)
Quand surgit dans ses yeux les rescapés des cendres(EO)
Dans cette malédiction, atténuer la souffrance(EO)
Quand fond dans sa raison, l’espoir d’une délivrance(EO)
 
Le destin de Norma Jeane placé sur une bouche(EP)
Malheureuse de séduire quand la gloire l’étouffe(EP)
Reviennent les démons
 
Jouaient les démons dans les tourbillons
De cette solitude aux arrière-goûts de mort
Couvait une blessure qui rudoie encore
 
L’argent peut démunir d'humilité, d'égards
Combler moindre désir pour un semblant de gloire
Reviennent les démons
 
Quand plaire flatte l'ego, c'est parfois un poison
 
Prendre la peau d'un autre pour quitter sa prison
 
Jouaient les démons

Les effets réversibles d'un jeune vaniteux
 
Se croit irrésistible mais le succès est poreux
Se confondre à paraître parce que l'on veut cacher
 
La fragilité de l'être à la peur d'exister
 
Un grain de sex-appeal posé au coin d'une bouche
Des cheveux bonds platine, un regard qui fait mouche
Mais jouaient les démons
 
Jouaient les démons dans les tourbillons
De cette solitude aux arrières-goûts de mort
Couvait une blessure qui rudoie dès lors
 
Se promènent ces démons au fond des pensées
 
Peut-on s'en prémunir, les apprivoiser
 


  
J’oublierai ton nom – Johnny HALLYDAY

PAROLES "J'oublierai ton nom"

De semaines inutiles en futiles dimanche
De secondes immobiles aux aiguilles qui penchent
J’oublierai ton nom
 
De quatre nouveaux murs dans un autre quartier
De pinceaux de peinture en meubles à installer
J’oublierai ton nom
 
De la piste suante à la dernière danse
De quelques nuits de feu aux matinées de cendres
De cette agitation dénuée de tout sens
Du fond de ma raison jusqu’à mon inconscience
 
De la main d’un ami au baiser d’un bouche
Tous ceux qui sauront lire que la mal à fait mouche
J’oublierai ton nom
 
J’oublierai ton nom
De mille façons
Et cette certitude
Me fait plus mal encore
J’aimais cette blessure
C’était toi encore
 
J’aurais pu nous mentir
Et refuser de voir
Encore un peu sourire
Faire semblant d’y croire
J’oublierai ton nom
 
Faire comme tant d’autres
Le choix de la raison
Mais ce n’est pas la nôtre
Assez de trahisons
J’oublierai ton nom
 
Tu as fait ton possible
Et j’ai fait de mon mieux
Toi, la femme paisible
Et moi, l’homme de feu
 
Si nous restons honnêtes
A ce qu’on a été
La plus grande défaite
Serait de rester
 
De la main d’un ami au baiser d’un bouche
Tous ceux qui sauront lire que la mal à fait mouche
J’oublierai ton nom
 
J’oublierai ton nom
De mille façons
Et cette certitude
Me fait plus mal encore
J’aimais cette blessure
C’était toi encore
 
Pour les mêmes raisons qui m’ont fait t’aimer
Parce qu’il fallait vivre avant d’oublier

Les commentaires sont fermés.