01/09/2015

TOUTE POLITIQUE ME GENE parodie "La musique que j'aime" Johnny HALLYDAY

 
Toute politique me gêne
Toute politique me gêne, elle se prélasse sur nos flouzes
Les maux s’estompent et puis reviennent
Perversité est dans le flouze
 
Fonder le droit, fonder les chaînes
Et la loi recueille le flouze
Mais s’implantent d’autres problèmes
Ils se supplanteront toujours
 
Tous les serments, il y en a marre
Demain sépare faits et discours
Pour louer le programme des espoirs
Vraiment doués au jeu des détours
 
Politique vivra tant qu’il y aura du flouze 
Le flouze, y a ceux qui le détiennent
Et ceux qui peine à le gagner
Pour l’heure, rien ne change rengaine
C’est pas d’hier qu’il y a des degrés
 
Toutes leurs tactiques me gênent
Tous leurs débats malins nous blousent
Les mots sont bien souvent les mêmes
Pour camoufler qu’ils veulent du flouze
 
Privé de choix, miné de haine
T’en a pas, tu deviens une bouse
Nous enchantent et puis nous promènent
Mais le concret dépend du flouze
 
Les engagements se contrecarrent
Et vient l’art de dévier l’embrouille
Et rentrent en scène tous ces roublards
Dans leurs enjeux, trouver l’andouille
 
Toute politique me gêne, elle se prélasse sur nos flouzes
Les maux s’estompent et puis reviennent
Perversité est dans le flouze 
 
Le flouze, y a ceux qui le détiennent
Et ceux qui peine à le gagner
Pour l’heure, rien ne change rengaine
C’est pas d’hier qu’y a des degrés
Le 24/09/08 – P/77
 La musique que j'aime - Johnny HALLYDAY 

Les commentaires sont fermés.