28/11/2014

JUSTICIERE parodie "A ma place" ZAZIE & Axel BAUER

  

Justicière Le 15/11/08 - P/39 

Construirais un palace pour ceux d’ dehors
Je mett’ rais en disgrâce ceux qui ont des torts
Vivre l’enfer pour qui le créera 
Donnerais une mère à qui n’en a pas
Se peut-il que j’y parvienne
Impossible que je pardonne
Inflexible sur la peine
Fous, deviennent les hommes
 
Je mett’ rais dans l’angoisse les sournois
Donnerais carapace à ceux qu'on rudoie
Montrer une voie au désarroi
Sècherais les larmes de ceux qui s'apitoient
 
J’aim’ rais bien que l’on s’aime, voir s’unir tous ces « moi »
J’aim’ rais bien dans la peine, voir une ronde et des bras
Y-a-t-il un remède
Faut-il qu’on atteigne
Le comble de l’ânerie
Pour qu’on ai compris
 
J’ouvrirais toutes les portes
A tous ceux qui supportent
Je mettrais dans l’effroi
Tous ceux qui font mal
Leurs jetterais des sorts
Aux êtres néfastes
Donnerais un trésor
A ceux d’en bas
  
Je n’ comprends pas pourquoi on s’ noie de problèmes
Je n’ comprends pas pourquoi reste ce système
Y-a tellement de haine que l’on s’avilit
 
Je ferais des menaces à qui soudoie
Un exil, une impasse pour qui s’ dévoie
Une justicière, la pire qui soit
Qui ferait ménage dans ce vaste fatras
Et je donnerais la mort à ceux qui font massacres
Je f’ rais perdre les forces à ceux qui attaquent
Sèm'rais la peur sur toute terreur(EX)
 Je ferais le vide de tous ces malheurs
 
Faut-il que l’on s’éteigne
Il faut qu’on se réveille
Je tendrais la main
A ceux qui ont chagrin
Faut-il que je me fâche
Avant qu’on se gâche
D’un profond coma
Tombe à trépas
 
Trop longtemps que déçoit cette race humaine
Trop longtemps qu’elle emploie tout cet oxygène
Sous un vent de géhennes, lent’ ment se gangrènent
Toutes nos vies
Je déboute tous ces monstres
Et je n’écoute les mensonges
Donne du pain à qui a faim
Un soutien pour ceux qui ploient
Si Dieu me donne la grâce (EZ)
Je ferais ça à sa place 

16/11/2014

PERE-NOEL Parodie "Gabrielle" Johnny HALLYDAY

Père-Noël 

Père-Noël, crédule, j’ai envie
De croire à cette étrange comédie
Sur la terre, tu viens comme de nul part(61) 
Pour faire le bien, combler les espoirs
Oh, je veux par millier de belles choses tous les jours de ma vie
Et attendre minuit pour voir si mes souliers sont garnis
Oh, j’ t’écris une dernière fois
Je vais devoir être sage pour te voir un peu
 
Dix ans à peine sans voir le bout
De ton nez, tes rennes, tes pas dans la cour
Mon innocence s’est évanouie sur ta trace, ta trace
Dix ans à peine sans voir le bout
De ton nez, tes rennes, tes pas dans la cour
J’ai beau ruser, l’énigme toujours bien gardée 
  
Père-Noël, ta hotte de bonheur
Est une illusion de douceur
Tu enchantes les histoires pour enfants
Tu ensorcelles les âmes des grands          
Oh, je veux commander à foison de l’amour, des amis  
Tu peux m’apporter le succès, une fortune, tout c’ qui brille
Oh, es-tu vraiment dans notre imaginaire
Et dans ton traîneau, tu braves les millénaires
  
Dix ans à peine sans voir le bout
De ton nez, tes rennes, tes pas dans la cour
Mon innocence s’est évanouie sur ta trace, ta trace
Dix ans à peine sans voir le bout
De ton nez, tes rennes, tes pas dans la cour
J’ai beau ruser, l’énigme toujours conservée
 Le 03/07/08 – P/74 Gabrielle – Johnny HALLYDAY  

13/11/2014

DANSER L'ENIVRE parodie "Il changeait la vie" Jean-Jacques GOLDMAN

Danser l’enivre 
C’était l’enfant pionnier, le prince du métier(R)
Sur son visage poupon, les traits de sa lignée(S)
Dans la sévérité se construit un succès
Si petit qu’il était, la tâche lui incombait..
 
Il y mettait du temps, du talent et du cœur
Ainsi passe sa vie auprès des frères et sœurs(T)
Et loin de jeux de cour où se font les amis
Il s’entraîne chaque jour, pour se faire un nouveau style
Et changer sa vie !
 
Il avait professeur, le décevoir l’apeure(U)
Il savait que sa gloire naîtrait de ses efforts
Il avait moins que rien et devait réussir
Mais s’étiole l’innocence de ce gamin qu’on prive
 
Il y mettait du temps, souvent de la rigueur
Mais son acharnement a rayé sa fraîcheur(V)
Arrivant dans la cour des grands de cette vie
Font surface chaque jour tous les contes qu’ils ont omis
Enchantent sa vie !
 
Il fait des pas synchrones au rythme du métronome
Ce fragile rêveur devenu une icône
Se voyait à l’affiche au prix de sa personne
Mais il pleure ses années friponnes
 
Il a mit tant de temps, de larmes et de douleurs
C’est un être appauvri des saisons de candeur
Eteint dans ce parcours d’exigences à tout prix
Egaré sur le retour, il essouffle son physique(W)
Mais danser l’enivre !
Et chanter l’enivre !
Enchantez sa vie !
Pour changer sa vie !
 Le 21/10/07 – P/16 Il changeait la vie – Jean-Jacques GOLDMAN 

09/11/2014

MOI + MOI parodie "Toi + moi" GREGOIRE

Moi + moi (Le 10/04/09 - P/   )  
Moi plus moi
Je veux, mais le tout pour ma gueule
Plus me constelle
Faut qu’on se démerde seul
Passer sur les procès d’indifférence
Marcher sur les regrets de ma conscience
 
L’odieux, l’horrible, je n’en suis responsable
J’ suis impassible, je ne suis pas coupable
Dans cette empire, c’est plutôt marche ou crève
Ne défaillir, si tu tombes, tu t’ relèves !
 
Moi plus moi
Mais surtout pour ma gueule
Plus me excelle
Faut qu’on se démerde seul
Blasée, blindée, ce n’est de l’arrogance
Faut provoquer, se donner une chance !
 
Après l’envie, il m’en faut davantage
Je suis adroite pour tirer avantage
Me réserver le meilleur de la part
Croquer l’succès, déguster la victoire !
 
Moi plus moi
Mais surtout pour ma gueule
Plus me suprême
Faut qu’on se démerde seul
Me préserver, c’est garder mes distances
J’ suis pas une fée pour gommer l’indigence !
 
Après l’échec, trouver l’alternative
Lever la tête, passer à l’offensive
Les rêves, le miel ne changent pas le monde
Ils nous abritent, n’effacent pas l’immonde
 
Moi plus moi
Mais toujours être seul
Plus me fidèle
Sauver sa peau, sa gueule
Se protéger des effets de nuisance
Aller au gré des craintes de carence
 
Avoir, vapeur qui fait glisser l’ bateau
Seul moi, l’ardeur me sortirons de l’eau
Au creux d’ la vague, ne pas compter sur « eux »
Précieux pouvoir, c’est la vie qui le veux