21/04/2015

OARISTYS parodie "Laissez-nous essayer" Yannick NOAH

Oaristys 
(Laissez-nous essayer) Le 09/09/08 - P/71
Je n'ai ni son nom, ni son âge 
Je n’ai qu’un prénom, un visage
Et tombe dans son filet mon corps agité
 
Je n’ai qu’une obsession dans l’appétence
Consommer l’autre
Je n’ai que frissons, place à l’indécence
 
Des étreintes sans espoir
Qui nous gangrènent notre mémoire
J’ai toujours, toujours résisté
Evité les autres regards
 
Laissons-nous côtoyer dans l’illusoire, plus qu’une volupté 
Laissons-nous emporter sans le vouloir, juste pour succomber
 
Renaît le démon sous imprudence
Une pomme nous tentant
Cueillie, on goutte les essences
Presqu'à l'instar des deux premiers(EU)
L’envie chuchote, assouvie, rassérène
 
Laissons-nous parfois emporter
Un instant, les désirs s’enchaînent
Laissons-nous déporter
Sans même savoir
Jusqu’où peut-on aller
 
Laissons-nous aux effets, même transitoires, juste s’abandonner
Laissons-nous étrangers sans au revoir, juste pour oublier
Laissons-nous étrangers sans se revoir, juste pour s’oublier 

J'EN VEUX PAS parodie "Africa" Rose LAURENS

J’en veux pas 
J'étais amoureuse d'un être volage
L’épouser, j’avoue, démarre l’engrenage
Son esprit rempli de passion des femmes  
Parfum stratégies, une romance de charme
 
J’en veux pas à celle qui m'a délivré de toi  
Me retire sans éclat                                                 
J’en veux pas des projets qu'on a fait autrefois
Des souvenirs qui me broient
J’en veux pas !
 
Tu penses qu’au cul, s’éveille ta fougue
Ton jeu amadoue tous les cœurs de gourdes
Je souhaite le bonheur à ta tourterelle
Je prie tous les jours, qu’elle te soit infidèle 
  
J ‘en veux pas à celle que je ne connaissais pas
Ne peut maudire cette proie
J’en veux pas des regrets sincères mais trop sournois(27)
Et gémir n’est pas pour moi                                   
J’en veux pas !
 
Vicieuse bagatelle, qui dévie l’attrait
Repère une gazelle, envie de chasser
Et peu te résiste, tu promets la lune
Mais tombe la phase des rêves de fortune    
 
J’en veux pas des menteries de Casanova
Je respire le célibat    
J’en veux pas
 
Je suis vaporeuse après cet orage
M’exiler de tout, je tourne la page                          
Mon esprit vainquit profusion de larmes 
Demain me suffit pour renaissance de l'âme
 Le 04/09/07 – P/37
Africa  - Rose LAURENS 

13/04/2015

TOUT LE MONDE IL EST FAUX parodie "Tout le monde il est beau" ZAZIE

Tout le monde il est faux
(Tout le monde il est beau) Le 03/10/08 - P/95 
Belle-mère, nourrice
Notaire, juriste
Vendeur, charmeur
Comptable, avocat 
Syndic, les flics
Sportif, famille
Banquier, notable
L’officier, soldat
 
Tout le monde il est faux, tout le monde il est faux
Tout le monde il est faux, tout le monde il est faux
 
Les moches, les beaux
Les vieillards, jeunots
Les hommes, les femmes
Général, magistrat
Chanoine et moi 
Courtier, préfet
Cousine, voisine
L’assureur, l’acteur
 
Tout le monde il est faux, tout le monde il est faux
Tout le monde il est faux, tout le monde il est faux 
Tricher, faire de la peine, c’est ça la vie
 
Les cons, les riches
Les trop gentils
Les andouilles, Sarkozy
Ton ex et autrui
 
Tout le monde il est faux, tout le monde il est faux
Tout le monde il est faux, tout le monde il est faux
Tout le monde il est faux, tout le monde il est faux 
Tout le monde il se ment et l’on ment à tout l’ monde

 

ANCETRES ANONYMES Parodie "Le pull-over blanc" Graziella DE MICHELE

Ancêtres anonymes 
Etaient-ce des manants, des rois, des forçats
Qui étaient tous nos ancêtres depuis les primates
On serait tous frères, tous en famille
Un chaînon fou dans l'anonymat
 
Je me perds dans les méandres
Sur le chemin de la nuit des temps
Je ne sais de qui descendre
Que faisaient nos aïeux aux heures d'antan
 
Etaient-ce des guerriers, des gens d'esprit
Des chevaliers ou hommes de poésie
Des pandours, des érudits
Ou peut-être des corsaires qui n'avaient que des ennemis
 
Je me perds dans les méandres
Sur le long chemin ascendant
De qui peut-on descendre
Connaître tous nos aïeux demeure dément
 
Impossible de faire l'inventaire
Des souvenirs de nos grands-pères 
Il y a longtemps qu'ils sont partis
La moindre trace tombe dans l'oubli
 
Je me perds dans les méandres
Sur le chemin de la nuit des temps
Je ne sais de qui descendre
Que faisaient nos aïeux aux heures d'antan
 
J' me perds dans les méandres
Sur le long chemin ascendant
Qui sont-ils
Qu'ont-ils fait de leurs vies ?
De qui peut-on descendre
Connaître tous nos aïeux demeure dément
                                    Le 24/11/08 – P/3  Le pull-over blanc – Graziella DE MICHELE