28/01/2016

TU NOUS BROUTES parodie "Sur ma route" BLACK M

 
Tu nous broutes
 REFRAIN :
Toi qui broute oui ! Tu cherches ta victime oui ! La créature des plus naïves
Et tu l'envoutes
Toi qui broute oui ! T'apportes que des soucis, de quoi devenir fou, oui
Tu es filou
 
Toi qui broute oui ! Tu changes de profil oui ! Une vraie enflure qui conduit
A la banqueroute
Toi qui broute, oui ! Apportes que des ennuis ton minois sur Facebook qui
Les mets à genoux
 
PONT :
Toi qui broutes ! Tu nous broutes
Toi qui broutes ! Nous les broutes
 
Toi qui broutes
T'efface les moments de doute
Tu prends le pouvoir sur tout
Pour mettre à nu, en déroute
Toi qui broutes
Il faut que tu gagnes ta croûte
Et remplir tes poches de sous
Trouver la faille, bourrer le mou
 
Tu floues par maîtrise de persuasion
Pour que les esprits soient évidés
T'es l'expert pour toucher l'émotion
De leurs sentiments, tu viens les piéger
Ne peuvent compter que sur leur cher argent
Pour se sortir de fourbi où tu les tiens
T'es un démon, une vérole (sans paroles) ou (Une couille molle)
Car de l'innocence, t'en fais ton beurre
 
REFRAIN
PONT
 
Toi qui broute
Tes amis, tu les détrousses
T'as le don pour qu'ils déboursent
Les mets sous anesthésie
Sur le Web
Tu es un escroc en herbe
Tu renifles tous les faibles
Et te glisse dans leur vie
 
Ils te parlent avec nostalgie
Tu promets le bonheur, c'est trop facile
Tu donnes une image plus que faussée
T'es comme un pirate de pensées
Ils n'ont plus d'armes, tu prends leurs âmes
Tu veux juste brouter l'oseille des autres
Quand y a plus rien à prendre, tu changes d'hôte
Tu broutes et tonds ceux atteints d'amaurose
 
REFRAIN
PONT
 
 
Le 05/09/2014- P
Sur ma route – Black 

27/01/2016

FACE A TA MERE parodie "Face à la mer" CALOGERO & PASSI

Face à ta mère 
Face à la mer – (Le 04/07/08 - P/27)
Elle te choisit vestes et jeans et la couleur des hauts
Donne son avis sur ton boulot, conspire à gogo
Mettre toujours son nez partout, inspecte mes défauts
Etre soumis à ses envies, flatter son ego
 
Fils d’une vieille aristo sans gêne fait au
Mépris, au culot, foi de chameau
D’emprise sur toi aux idées qu‘elle a sous l’ chapeau
Réarme les drames tout le temps sur mon dos
 
Face à ta mère
J’aurais dû rugir
Face à ton père
J’aurais dû bondir
Je le regrette
Le vent tourne en défaite
 
Tous deux exécrables
Et tous deux obtus
Le vent tourne en défaite
  
Des bassesses qui m’atterrent sous une espèce de lâcheté
Ne cesse d’être odieuse, manoeuvre en secret
Elle a des rêves mondains, elle ne peut m’accepter
J’ai bu tout son baratin et ça m’a trop saoulé
 
Je me dis : je m’en tape au fond, donne la patte à mémé
Elle ne mâche pas ses mots, m’ matraque d’irrespect
Je n’ suis pas l’opportuniste qu’elle t’a bien brossé
J’en veux pas à ton blé, tout desséché
 
Je n’ai plus le choix et fais fi des idées spartiates
Je m’ sauve car face à ta mère, rien n’est sincère
Je n’ai plus l’ choix, il est temps de partir, d’ soigner mes stigmates
J’exauce, je ploie mais reste fière la roturière
 
Face à ta mère
J’aurais dû agir
Face à ton père
J’aurais dû lui dire
Ce jeu m’énerve
Je sens qu’ j’ vais changer d’air
 
Tous deux invivables
Et tous deux imbus
Le vent tourne en défaite
 
Face à ta mère
C’est moi l’arriviste
Face à ton père
Au fond égoïste
Surtout un être
Cité à disparaître(62)
  
Le pouvoir d’une brune qui esbroufe sous ambition
Ses manières grisent notre vie, infectent comme du poison
Elle enlève d’un regard profond nos intimes convictions
Qu’on fasse part de nos intentions, qu’on ai bénédiction
Elle râle, attaque, nous assomme d’objections
Elle veut renier son fils aimé si tant est qu’ je porte son nom
Elle ordonne et met trop de pression
C’est trop petit.. il faut que je m’écarte des cons
 
Face à ta mère
J’aurais dû rugir
Face à ton père
J’aurais dû bondir
Je le regrette
Le vent tourne en défaite
 
Tous deux exécrables
Et tous deux obtus
Le vent tourne en défaite
Tous deux détestables
Et tous deux obtus
Le vent tourne en défaite
 
Je ne renie ni mes origines, ni mes valeurs de pauvre
Un problème, plus qu’un défaut qui salit son niveau
Mes idéaux toujours dessous, comme suspecte, on me jauge
Etre au défi dans l’ conflit et peser tous ses mots
 
Fils d’une vieille aristo sans gêne fait au
Mépris, au culot, foi de chameau
 
Elle étouffe nos désirs
J’ai chaud, j’ me tire
Trop jeune pour subir 

FALLAIT PAS L'ALLUMER parodie "Fallait pas commencer" LIO

 
Fadaises en diffusion
(Fallait pas commencer) Le 06/12/07 - P/28
 Pourquoi fadaises font un triomphe comme ça 
Téléviseur d’aujourd’hui soudoie
Parfois, j’ai envie de régler ça !
 
Peu glorieux, je crois, c’est fâcheux, tu vois..
Tous les jeux qui passent en télé
Redevance est un droit qui finance ça
Et tu dois la payer, pas l’ choix
Que c’est navrant toutes ces séries
Au refrain de tueries, d’orgies
Entendre des légendes sur tous
Puisque c’est le vent de la mode
Mais que les suspens dévore le cerveau
Jusqu’au prochain épisode
 
Tout m’embête, j’en ai marre
Devant l’écran le soir
Les jeux sont canulars
Avec un grand C
Fallait pas l’allumer !
Des vedettes qui s’égarent
Dans fulgurantes gloires
Les jeux n’ sont qu’une histoire
De grand intérêt
Faudrait téléphoner !
 
On vous expulse en terre inconnue(BT) 
Testant votre fidélité
Capté par certains attributs
Epié par votre fiancé
Tu peux apprendre sur les gens, sur tout
Quitte à impressionner, on brode
La vie personnelle de tous nos héros
Se vend même si c’est un microbe
 
Qu’on arrête ce foutoir
C’est déprimant, rasoir
Ni queue, ni tête fait l’art
Avec un effet
D’être dégénéré !
Répète la nouvelle star(BU)
Souvent, tu peux la voir
Sous les feux de la gloire
A mon grand regret
Faudrait pas…
 
Peu glorieux, je crois, c’est fâcheux, tu vois..
Tous les jeux qui passent en télé
Mais l’audience favorable à ces programmes
N’est que le reflet de nos choix
C’est souvent le plus abruti
Qui déleste l’esprit du gris
Surtout vendre l’esclandre et le scoop
Vite et par n’importe qu’elle méthode
Pourvu qu’on divulgue un max de ragots
Qui aliment le désordre

L'EQUIPE DE D&CO parodie "Another brick in the wall" PINK FLOYD

No education (Pink Floyd)                L'équipe de D&CO (Paradoxale36)

We don't need no education. Ma maison n’est pas une merveille
We don't need no thought control. Les travaux sont en sommeil
No dark sarcasm in the classroom. Et tous mes projets partent en couille
Teacher leave them kids alone ! Je me suis fait mal ! Ouille ! Ouille ! Ouille !
Hey teacher, leave the kids alone ! Mes sauveurs, l’équipe de déco
All in all it's just another brick in the wall. Une semaine pour changer une cabane en royaume !
All in all you're just another brick in the wall. Une semaine de chantier ou personne ne chôme !
   
We don't need no education. Ma maison n’est pas une merveille
We don't need no thought control. Les fonds baissent, y a plus d’oseille
No dark sarcasm in the classroom. On manque de place mais on se débrouille
Teacher leave the kids alone ! Le toit fuit et l’on se mouille
Hey teacher leave the kids alone ! Mais l’erreur : Appeler Déco !
All in all you're just another brick in the wall. Une semaine est passée, les rideaux dégringolent
All in all you're just another brick in the wall ! Oui, une semaine après, les papiers se décollent
   
We don't need no education. Mais il faut pas qu’on se plaigne
We don't need no thought control. Dans l’ quartier, on est célèbre !
No dark sarcasm in the classroom. Rien n’arrête curieux en patrouille
Teacher leave them kids alone ! Portes et fenêtres, on verrouille
Hey teacher, leave the kids alone ! Le bonheur : de voir Damidot !
All in all it's just another brick in the wall. Des mesures à la hâte et le sol se gondole
All in all you're just another brick in the wall. La toiture qui travaille, les plafonds nous affolent !

20/01/2016

LES REVUES parodie "Dans la rue" Michel POLNAREFF

Les revues         (Dans la rue) Le 27/03/08 - P/59
France Soir murmure qu’ils se rapprochent
Sous un vent de béguin
Lâche quelques mots qui affriandent
Des tuyaux percés qui se vendent
Les bévues des médias
Les revues, c’est du blablabla
Les revues, c’est pas vrai
Ouais ! Beep ! Beep
 
Canards murmurent quelques reproches
Sur le banc d’ comédiens
Leurs frasques sur haute propagande
Qu’on exauce l’indiscrète demande
Les revues mettent du piment
Au menu, farces à 100%
Les revues sont sans gêne
Ouais ! Beep ! Beep
 
Recherche la source qui informe(DY)
Par des yeux qui la déforme(DZ)
Métaphores et autres versions
Les gazettes coulent à profusion
Les revues de l’indécence
L’incongru, le lecteur l’attend
Les revues, on les aime
Ouais ! Beep !Beep
 
Editeurs
Remettent des couleurs
Nous enroulent
L’histoire pour qu’elle s’écoule
A la une
Le scandale, l’infortune
Toutes les esclandres et les rumeurs
Toute la vie, la vie des stars, ces gueules de gloire
En revu, que Voilà
Les revues content sagas
Les revues, on les aime
Ouais ! Beep ! Beep !
 
J’ai vu Nolwenn Leroy
Dans son banal quotidien
J’ai lu que Nicolas(EA)
Epousera l’ancien mannequin(EB)
J’ai lu dans Paris Match
Qu’Alexia a deux bambins(EC)

13/01/2016

ROMANCE parodie "Clémence" Johnny HALLYDAY

Romance 
Quel drôle de démon me transporte
Il aurait pouvoir d’attirer
Tout est dérisoire, peu m’importe
Dans l’état extrême d’aimer
 
Poison dans un vers de dandy(CB)
Tronque tout l’amour ingéré
Je ne peux plus rien distinguer
Seule sa présence peut me sauver
 
Romance, romance, me noie dans l’amour effréné
Romance, romance, la passion brûle mes facultés
 
Comme une drogue qui comble dégâts
Pour s’alléger d’un peu de poids
Ne peux me passer de sa voix
De l’emprise quand m’entoure ses bras
 
Danse sur des refrains endiablés
Fusion des êtres enflammés
Soumis aux instincts aimantés
Explose la fin à satiété(CC)
 
Romance, romance
En proie d’un amour effréné
Romance, romance
La chanson m’avait envoûté
 
Quand l’amour enchaîne les pas
S’invalide l’esprit dans l’absence
Quand l’amour génère la souffrance
Quand c’est foutu, prendre le large
 
Si vient renaître ce démon
Sous le feu des passions
Je serais le maître, plus le pion, plus le pion
 
Romance, romance, jamais je n’aurais dû t’écouter
Romance, romance, l’illusion laisse des regrets 

Le 25/02/08 – P/87                                        Clémence – Johnny HALLYDAY

L'ESSOR D'UN GAMIN parodie "Jean-Jacques GOLDMAN" Encore un matin

L’essor d’un gamin 
L’essor d’un gamin devient quotidien
Si fragile au creux de l’écrin
Honore ce gamin de leçons, de bien
Gardien lui trace son chemin
 
Gamin adoré ou bien gamin de bande
Le motiver pour tout apprendre(41) 
Gamin mal aimé, mentir pour protéger
Garder secrets peut le blesser
 
Trésor de gamin qui cherche une écoute
Gamin déçu part en déroute
L’effort d’un gamin, construire de son mieux
Lui dépeindre les règles du jeu
 
Un gamin, sans repère devient
Galopin qui joue au malin
Ce gamin, c’est le mien, c’est le tien
Un gamin s’éteint
Sans lumière, la sève du soutien(AD)
 
Le sort d’un gamin rendu responsable(AE)
Il craint le vice qui rend coupable
Endort ce gamin, initie sa vie
Entre implications et envies
Il faut le conduire, atteindre sa conscience
Refléter l’acte aux conséquences(AF)
Chaque référence, chacun ses exigences(42)
Ses choix se décident en confiance
 
Un gamin se repère aux siens
Un gamin sans amour s’éteint
Ce gamin, c’est le brin de demain
Un gamin vaurien(AG)
S’il se perd… sur mauvais chemin 
Le 31/10/07 – P/60
Encore un matin – Jean-Jacques GOLDMAN