08/06/2015

JE NE REVIENDRAI parodie "Je te retrouverai" François FELDMAN

 
Je ne reviendrai
Si tu ranges tes débats avec ta mauvaise foi
Si tu te mets au boulot au lieu de faire des constats
Si tu langes l’enfant, si tu veux le nourrir
Un goujat dans le temps n’est que pire
Et je ne reviendrai !
 
Si t’éteins la télé, y a l’écho de nous deux
Si tu me fais de la place dans le champ de tes yeux
Si tu te délestais de vieilles histoires trop lourdes
Tu m’as trop souvent prise pour une gourde
Et je ne reviendrai
 
Car tout redeviendrai comme avant
Même citoyen et même quotidien
Je ne débourserai plus de temps
J’ai payé, j’ai payé tous tes jeux de gamin
 
Si tu me prends dans tes bras, que tu t’éloignes de la Wii
Si tu laisses tomber tes mensonges, tes folies
Si la flemme s’évapore et ce côté fêtard
Tu sais, ne fait d’efforts, n’ai d’espoirs
Car je ne reviendrai
 
Parce que tout reviendrai comme avant
Même vaurien et mêmes copains
Je ne reverserai plus d’argent
J’ai versé, reversé dans le creux du chagrin
Et je ne reviendrai
 
Même si tu deviens l’homme dont j’ai toujours rêvé
La passé qui résonne m’a fait peur de renouveler
Que tu fasses d’un coup des sacrifices pour moi
Mène ces défis sans moi
Car je ne reviendrai
 le 14/03/08 – P/36
Je te retrouverai – François FELDMAN
 

21/04/2015

OARISTYS parodie "Laissez-nous essayer" Yannick NOAH

Oaristys 
(Laissez-nous essayer) Le 09/09/08 - P/71
Je n'ai ni son nom, ni son âge 
Je n’ai qu’un prénom, un visage
Et tombe dans son filet mon corps agité
 
Je n’ai qu’une obsession dans l’appétence
Consommer l’autre
Je n’ai que frissons, place à l’indécence
 
Des étreintes sans espoir
Qui nous gangrènent notre mémoire
J’ai toujours, toujours résisté
Evité les autres regards
 
Laissons-nous côtoyer dans l’illusoire, plus qu’une volupté 
Laissons-nous emporter sans le vouloir, juste pour succomber
 
Renaît le démon sous imprudence
Une pomme nous tentant
Cueillie, on goutte les essences
Presqu'à l'instar des deux premiers(EU)
L’envie chuchote, assouvie, rassérène
 
Laissons-nous parfois emporter
Un instant, les désirs s’enchaînent
Laissons-nous déporter
Sans même savoir
Jusqu’où peut-on aller
 
Laissons-nous aux effets, même transitoires, juste s’abandonner
Laissons-nous étrangers sans au revoir, juste pour oublier
Laissons-nous étrangers sans se revoir, juste pour s’oublier 

J'EN VEUX PAS parodie "Africa" Rose LAURENS

J’en veux pas 
J'étais amoureuse d'un être volage
L’épouser, j’avoue, démarre l’engrenage
Son esprit rempli de passion des femmes  
Parfum stratégies, une romance de charme
 
J’en veux pas à celle qui m'a délivré de toi  
Me retire sans éclat                                                 
J’en veux pas des projets qu'on a fait autrefois
Des souvenirs qui me broient
J’en veux pas !
 
Tu penses qu’au cul, s’éveille ta fougue
Ton jeu amadoue tous les cœurs de gourdes
Je souhaite le bonheur à ta tourterelle
Je prie tous les jours, qu’elle te soit infidèle 
  
J ‘en veux pas à celle que je ne connaissais pas
Ne peut maudire cette proie
J’en veux pas des regrets sincères mais trop sournois(27)
Et gémir n’est pas pour moi                                   
J’en veux pas !
 
Vicieuse bagatelle, qui dévie l’attrait
Repère une gazelle, envie de chasser
Et peu te résiste, tu promets la lune
Mais tombe la phase des rêves de fortune    
 
J’en veux pas des menteries de Casanova
Je respire le célibat    
J’en veux pas
 
Je suis vaporeuse après cet orage
M’exiler de tout, je tourne la page                          
Mon esprit vainquit profusion de larmes 
Demain me suffit pour renaissance de l'âme
 Le 04/09/07 – P/37
Africa  - Rose LAURENS 

15/03/2015

PLACE DE L'ETOILE parodie "Rue des étoiles" Grégoire

Place de l’Etoile
Allo ! là, j’ai raté le bus
Il était plein de gugusses
Et c’était le dernier, bien-sûr  
Je suis prise d’une amertume
Y a trop longtemps que tu m’allumes
Je peux plus attendre, c’est trop dur !
 
Les gens de la ville me dépassent
Je sens que je n’ai pas ma place
Dans cette multitude d’androïdes 
Je reste seule sur le trottoir
Ne sachant pas où est la gare
J’ai peur et je me sens stupide 
 
Je retourne dans l’Indre
Si les grèves veulent s’éteindre !
 
Je n’irai pas, place de l’Etoile
Je reprends le chemin à l’envers
Je voulais connaître l’homme de la toile
Je voulais voir de quoi t’as l’air
 
Je n’irai pas, place de l’Etoile
J’essaie de trouver un repère
Elle s’est perdue, la provinciale
Je compte tous les réverbères
 
Ca et là……Là ou là !
 
Je n’ai pas pris les bonnes chaussures
Je me mets en quête d’une voiture
Je veux sortir de ce casse-tête 
Je ne fais pas un pas de plus
Je tourne en rond depuis des lustres
Là, j’attends qu’un taxi s’arrête !
  
Je sais, ça ressemble à une farce
Ça et là gravitent mes traces
Je ne suis pas douée, ça me débecte  
Je suis sous la pluie, je me les pèle
Dans l’infini de ces ruelles
Je reviendrai au prochain siècle !
 
Pourtant, tout est grandiose
La ville en overdose ! Et…..
 
Je n’irai pas, place de l’Etoile
Je suis au bord de la crise de nerfs
Les passants ont un air glacial
On est pourtant pas en hiver
 
Je n’irai pas, place de l’Etoile
Je suis perdue, ça m’exaspère
Comme une abeille dans un bocal
Je suis comme une prisonnière
Ca et là.....Là ou là  

05/12/2014

DEVEINE parodie "La lettre" Renan LUCE

Déveine 
J’ai perdu des pépettes
Au gré d’une amourette
Accablée d’ mes erreurs
J’encaisse les malheurs
Abonnée au chagrin
Je n’ai plus de copains
Ma vie croule sous les dettes
Ce n’est pas une fête
Car moi j’ai pas de bol
Qu’est-ce que j’ai fait au bon Dieu
J’ai choper la rougeole
Obligée d’ rester dans mon pieu !
Payapapa payapapa
Au fond d’ mon pieu
Payapapa payapapa
 
Jérémie qui me quitte
Part avec mon amie
Une gourde, un parasite
Ils sont bien réunis
Les huissiers me pourchassent
Je n’ai plus de permis
Je cotise à la poisse
Jamais, elle ne m’oublie !
Car moi, j’ai pas de bol
Qu’est-ce que j’ai fait au bon Dieu !
Je n’ai plus de bagnole
Trois tonneaux et elle a pris feu
Payapapa payapapa
A pris feu
Payapapa payapapa
 
C’est depuis ma naissance
Que je marche sur la braise
Destinée « pas de chance »
J’ suis souvent de la baise
Je reçois tant de claques
J’suis blindée aux éclats
Pour contrer les attaques
J’essaie de n’en faire cas
Car moi j’ai pas de bol
Qu’est-ce que j’ai fait au bon Dieu !
J’ai la grippe espagnole
Le fond des yeux bien globuleux
Payapapa payapapa
Globuleux
Payapapa payapapa
 
 
J’ai marché  dans la crotte
Du pied droit d’ la malchance
Elle était d’ vant ma porte
Posée avec aisance
L’autre jour, un éclair
Traversant mon écran
Brûla mon belvédère
Mais je m’en sort vivante !
Car moi j’ai pas de bol
Qu’est-ce que j’ai fait au bon Dieu !
J’ai perdu mon job
Car j’avais des retards sérieux
Payapapa payapapa
Monstrueux
Payapapa payapapa
 
Hier une pervenche
Est passée dans la rue
Mal garée, comme un manche
Me colla une prune
J’ai perdu ma patience
Cet acte m’horripile
Elle me parle de prudence
Sous son air imbécile
Et moi, j’en ai raz-l’ bol
Dites-moi c’ que j’ai fait au bon Dieu ?
J’ai pris une torgnole
Par quelques boutonneux
Payapapa payapapa
P’ tits merdeux
Payapapa payapapa
Le 23/10/09– P/ La lettre - Renan LUCE