18/03/2017

EN MANGEANT parordie "En Chantant" Michel SARDOU

En mangeant
Quand j'étais petit garçon
Je repassais mes leçons
En mangeant
Et bien des années plus tard
Je chassais mes idées noires
En mangeant
C'est beaucoup moins inquiétant
D'affronter l' regard des gens
En mangeant
Mon plus grand pêché mignon
Est de sucer des bonbons
Sans raison
 
Je suis le plus gourmand
C'est moins désespérant
En mangeant !
 
La première fille qui m'a dit
Tu as vu comme t'es bouffi
C'est méchant
Je me suis déshabillé
Et j'ai vu tous mes bourrelets
Déprimants
J'étais si déçu de moi
Je ne voyais qu'un gros tas
Dérangeant
Mais pour tous les effacer
J'ai trouvé un procédé
Sans manger
 
Toujours le plus gourmand
C'est moins décourageant
En mangeant
 
Quand je suis dans la galère
Je pense à ce qu'il faut faire
En mangeant
Quand ma journée est finie
Je soulage mon ennui
En mangeant
Pour soigner mon célibat
Je n'atteint le nirvana
Qu'en mangeant
Devant la télévision
Calé dans mon polochon
C'est si bon
  
Je suis très opulent
Je suis aussi très lent
En mangeant
 
Puisqu'il faut nourrir sa faim
Autant le faire mieux que bien
En mangeant
J'essaie d'apaiser mes peines
Comme je soigne mes migraines
En mangeant
 
J'atténue toutes mes colères
Comme je conclue mes affaires
En mangeant
J'agrémente tous les hivers
Tous les jours, à ma manière
En mangeant
 
Je croque à pleines dents
Je suis le plus gourmand
Des gourmands
 
Quand j'étais petit garçon
Je repassais mes leçons
En mangeant
Et bien des années plus tard
Je chassais mes idées noires
En mangeant
C'est beaucoup moins inquiétant
D'affronter l' regard des gens
En mangeant
Mon plus grand pêché mignon
Est de sucer des bonbons
Sans raison
Le 01/03/12-P36 En chantant - Michel SARDOU

08/02/2017

LES PETITS MALINS parodie "Chaque matin" Yannick NOAH

Les Petits malins 
 (Chaque matin)Le 31/10/08 - P/58
 Des hommes déloyaux et malhonnêtes
 Du tact et du cran sont leurs armes
 Ils jouent du pipeau, font des courbettes
 Sur une ambition immorale
 Pourquoi voler c’ que les autres ont gagné
 Par les efforts de leur travail
 Cherchent ces flemmards, le gain aisé
 Des fourbes nés, de vrais canailles
 
Les p’ tits malins ,
Les p’ tits malins encensent avec aisance
Les p’ tits malins ,
Les p’ tits malins vivent de leurs manigances
Les p’ tits malins ,
Les p’ tits malins allient à la prestance
Les p’ tits malins ,
Les p’ tits malins un brin de prévenance
 
Ils ont l’apanage des girouettes
Atteints d’embrouilles incurables
Ils font du grisbi, leur conquête
Aux frais des âmes trop vulnérables
 
Sournois, ces acteurs aiment convoiter
Le beau, le cher, tout c’ qu’est royal
Félons noyés d’avidité
L’hypocrisie est viscérale
 
Les p’ tits malins ,
Les p’ tits malins méfiance à l’éloquence
Les p’ tits malins ,
Les p’ tits malins déguisent les manigances
Les p’ tits malins ,
Les p’ tits malins abusent la confiance
Les p’ tits malins
Les p’ tits malins ne pense qu’à l’opulence
L'appât du gain, l'appât du gain

29/12/2016

PAS DE CHANCE Parodie "C'est ta chance" Jean-Jacques GOLDMAN

Pas de chance 
Pas de voie dans cette course
Et la misère me suit
Je n’attends pas gagner coup de pouce
Je survis dans l’oubli !
Oh ! en proie dans cette senne du mal
Je prie souvent ce bon Dieu étourdi
Pour que ma joie revienne
Faut que j’éponge mes peines
Quitte à récurer mon esprit
 
Pas le choix dans cette arène
Je perds ma dignité
Tous ces efforts que je n’aurai pas fait
Un combat de problèmes
Et au sein de cette jungle hostile
Scélérats revendent les bandits
Si m’échappe l’espoir, que mes choix me reviennent
Et moi seul en payera le prix
 
Pas de chance, le fardeau des conséquences
J’ai perdu vie, tous mes rêves
Mes faiblesses m’enchaînent à des souffrances
Défaillance du soutien
Pas de chance, d’amis et de références
Un futur sans joie, privé de projets, de force, d’outrecuidance
Dans l’errance du malsain
 
Mon étoile est maléfique
Eloigne le pôle du beau
Pourquoi, les fées, soit disant magique
Ont loupé mon berceau
M’ déçois pourtant mais ne sais que faire
L’ sortilège m’a déshérité
Je crois que fatalité ne peut être à refaire
L’épreuve, châtiment du passé
 
Pas de chance, les offres sont manigances
Faudra remplacer toutes mes préférences
Par de la suffisance 
Pas de chance, pas le choix
La malchance me pousse dans l’impuissance
L’amour rayé par l’effroi, par les autres
Le mépris, la méfiance
Décadence naîtra là  
Le 02/11/07 – P/73
C’est ta chance – Jean-Jacques GOLDMAN

06/03/2016

PLACARDS EN BORDEL "Histoire naturelle" Nolwenn LEROY

 
Placards en bordel (Histoire naturelle) Le 02/12/08 - P/76
Dans la grande penderie, c’est la révolution
Y a des fringues en tas posés sur la table
Et puis dans mes cartons, un immense stockage
Une collection de revues et de santons
Entasser sans ranger, je suis la victime d’incohérences
 
Placards en bordel…             Placards de bordel
Dans l’armoire se mêlent
Quelques vestes en vrac dans les chaussons
Placards en bordel…             Placards de bordel
Foutoir s’amoncelle
Dans les tiroirs qui ressemblent aux poubelles
Tout s’égare, s’emmêle
 
Un déballage autour de la vitrine du salon
Il faudrait qu’ je prenne une résolution
Mais je suis dépassée par cette dispersion
Le vaisselier, victime d’un tourbillon
Faut chercher les objets
Par terre, faut qu’ je fouine ma négligence
 
Placards en bordel…             Placards de bordel
Dans l’armoire se mêlent
Mes chaussettes sous un tas d’ pantalons
Placards en bordel…             Placards de bordel
Mouchoirs à la pelle
Dans les tiroirs qui se mélangent bagatelles
Bazar s’entremêle
 
Placards en bordel…             Placards de bordel
 
Placards en bordel…             Placards de bordel
Dans l’armoire se mêlent
Quelques vestes en vrac dans les chaussons
Placards en bordel…             Placards de bordel
Dans l’armoire se mêlent
Mes chaussettes sous un tas de pantalons
 
Placards en bordel…             Placards de bordel   
Bazar s’entremêle 

06/01/2016

AUSSI IVRE QU'ON SOIT Parodie "Aussi libre que moi" Calogero

Aussi ivre qu’on soit

Aussi libre que moi – (Le 17/10/08 - P/6) 

Je viens de vomir le diner de ce soir
Je ne peux pas ramasser
Reste sans vie presque dans le coma
Et ça voyage de tous côtés
En mouvements retardés 
 
Aussi ivre que ça ! Aussi ivre que ça
Aussi ivre qu’on soit !
Aucune raison qu’on soit aussi ivre que ça 
 
Je vais pas me plaindre, je l’ai bien cherché
Car je voulais m’enivrer
Je ne boirais que de l’eau évaporée
J’ai le cerveau dérangé
J’ai un écho de regrets
 
Aussi ivre que ça ! Aussi ivre que ça
Aussi ivre qu’on soit
Et à cause de quoi aussi ivre que ça 
 
Des vertiges m’envoient presqu’au tapis
Je me contre-fous de cet état
Et j’aurais la gueule de bois demain midi
J’en ai un coup dans le nez
Et j’ai les cheveux tous hérissés
 
Aussi ivre que ça ! Aussi ivre que ça
Aussi ivre qu’on soit
Et sans raison, je crois aussi ivre que ça 
Aussi ivre que ça ! Aussi ivre que ça
Aussi ivre qu’on soit
Aucune raison qu’on soit aussi ivre que ça 
Aussi ivre que toi, aussi ivre que moi
PAROLES PARODIE
CALOGERO  Aussi libre que moi" PARADOXALE 36 "Aussi ivre qu'on soit"
Tu peux venir te poser sur moi Je viens d’ vomir le diner d’ ce soir
Je ne peux rien t’imposer Je ne peux pas ramasser
Reste aussi longtemps que tu voudras Reste sans vie presque dans l’ coma
Si le voyage à mes côtés Et ça voyage de tous côtés
Peut simplement te garder En mouvements retardés
Aussi libre que moi Aussi ivre que ça
Aussi libre que moi Aussi ivre que ça
Aussi libre qu’on soit Aussi ivre qu’on soit
Si tu es comme je crois Aucune raison qu’on soit
Aussi libre que moi Aussi ivre que ça 
   
N’ aie pas à craindre de me bouleverser J’ vais pas me plaindre, j’ l’ai bien cherché
Ce qui pourrait arriver Car je voulais m’enivrer
Je te laisserai sur ma peau Je ne boirais que de l’eau
Te tatouer Evaporée
A mon anneau t’accrocher J’ai le cerveau dérangé
Et sans barreau te garder J’ai un écho de regrets
Aussi libre que moi Aussi ivre que ça
Aussi libre que moi Aussi ivre que ça
Aussi libre qu’on soit Aussi ivre qu’on soit
Si tu es comme je crois Et à cause de quoi
Aussi libre que moi Aussi ivre que ça 
   
Ne résiste pas à cette envie Des vertiges m’envoient presqu’au tapis
Viens contre tout, contre moi J’ me contre-fous d’ cet état
T’engager comme toi je le suis Et j’aurais la gueule de bois d’ main midi
Sans garde-fou et rester J’en ai un coup dans le nez
J’ai fait le vœu de te garder Et j’ai les ch’ veux tous hérissés
Aussi libre que moi Aussi ivre que ça
Aussi libre que moi Aussi ivre que ça
Aussi libre que moi Aussi ivre qu’on soit
Aussi libre qu’on soit Et sans raison, je crois
Si tu es comme je crois Aussi ivre que ça 
   
Aussi libre que moi Aussi ivre que ça
Aussi libre que moi Aussi ivre que ça
Aussi libre que moi Aussi ivre qu’on soit
Aussi libre qu’on soit Aucune raison qu’on soit
Si tu es comme je crois Aussi ivre que ça 
Aussi libre que moi Aussi ivre que toi
Aussi libre que moi Aussi ivre que moi

03/12/2015

ROTOTO parodie "Rodéo (1)" ZAZIE

 
Rototo  (Rodéo)Le 19/09/09  
Rototo, c’est l ‘envie qui nous trahit
Rototo, il surgit sans préavis 
 
Excusez, je m’allège, s’engorge ma réserve
Tous ces mets, ce fut un régal
Bien manger me nuit, je comble l’appétit
J’aime les plaisirs de la table !
 
Le concombre menaçant surgit spontanément
Si j’avais pu éviter ça !
A ce moment là j’entache l’ambiance du repas
Par un ridicule renvoi
 
Reflux, rototo, c’est le bruit qui nous trahit
Rototo, c’est le cri du malappris
 
D’abord rouge écarlate, la honte me rattrape
Tout le monde rigole, je voudrais sortir de la salle
Du coup, j’ai l’air d’un porc, d’une pomme, d’une pécore
Et puis, au fond, ça m’est égal !
 
Je laisse mes lentilles car ça me titille
J’ai peur de ce gaz anal
Je trie le choux fleur, j’ingurgite une liqueur
Parce que les fécules me travaillent !
 
Sort un rototo, dans un bruit qu’on s’interdit
Rototo, la surprise du colis !
 
Excusez, je m’allège, s’engorge ma réserve
Se trouble l’air au fond des conduits
Et j’avale un verre d’eau pour laver mon ego
Le pire, c’est ma tronche d’ahurie !
 
Et je fond sous la gène autour de mon haleine
J’ai pas digérer l’ salami
J’ai fini mon bol de riz, je ne sature pas
Pour me soulager, je renvoie
 
Rototo, rototo
Rototo, c’est le bruit qui nous trahit
Rototo, c’est le cri du malappris
 
Viens me soulager renvoi, dans un cri qu’on s’interdit !
Viens me soulager renvoi, qui surgit sans préavis
 

17/11/2015

CAPHARNAUM MENTAL parodie "Trois nuits par semaines" Indochine

Capharnaüm mental
Trois nuits par semaine – (Le 14/10/07 - P/9)                 
Quand la folie m’entraîne
En écho dans le cerveau, tous ces cris perpétuels !
Toute ma vie s’entremêle
Dans des jeux irréels !  
                    
Je m‘évanoui, presqu’au trépas
Je sens mes jambes qui se détachent
J’avais conquis la lune maintes fois
Je descendais quand ma tête heurta
Près d’un esprit, me réveillais
Il désirait l’astre aux mille reflets
J’ai pris l’arête d’une pomme de nuit
Pour fabriquer l’éternelle vie
Dans ma chambre, une fée en œuvre
Ecrit sous la pluie avant qu’il ne pleuve
J’avoue que j’ai peur devant ce lit
Comme un poison, c’est un délire maudit, maudit..
 
Et la folie m’entraîne
Quand les eaux montent plus haut
Que la nuit m’ensorcelle
Je m’ennuie et j’appelle tous les vieux éternels
Quand la folie m’entraîne
Je m’endors contre la mort
Près du port schizophrène
Quand la folie m’entraîne sur les lieux immortels
 
Au fond du gouffre, l’autre m’entraîne
Je croise le sort d’une autre abeille
Je chevauchais l’escargot blanc
Chaussé d’ baskets en peau d’ange
Il avait chagrin et les yeux bleuis
Avait combattu l’armée d’érudits
Me reposa au pied d’un fleur
Comme le sujet venu d'ailleurs(31)
Je sens la bise aux abois
Elle s’élevait dans l’émoi
A cet instant, j’entends trop de voix
Dans les arbres du noir, tous endormis, dormir, 
  
Mais la folie m’entraîne
Dans le beau contre le faux
Où l’interdit m’appelle
Ma vie dans cette arène, les jeux ne sont que duels
Quand la folie m’entraîne
M’évapore de ce décor
Près du port schizophrène 
Quand la folie m’entraîne sur les lieux immortels
 
Je m’endormi dans cet état
Où la légende m'emmena(32)
 
Dans les étangs et dans chaque bois
Je croise désespoir dans d’autres vies
C’est bien étrange ce que je vois
Mais ce transfert me rend fou, me nuit, me nuit(33)