26/01/2017

PAPA parodie "Là-bas" SIRIMA & J-J GOLDMAN

 
PAPA
Je crois
Que l’étoffe de ce grand sage
Bride sentiments du partage
Le gris te donne un air si froid
Se fourvoie l’essentiel en toi
 
Je vois
Dans ton cœur un peu trop sauvage
Dessous une infaillible image
Comme la force d’un grand roi
Une sobriété dans tes choix
Font de toi un modèle de poids
 
Maladroit
Dans tes gestes, dans ton langage
Le raisonnable fait barrage
Tu parais insensible parfois
Presque un peu sournois
 
La distance d’un solitaire
Des valeurs à soutenir
Le sérieux semblant austère
Convoient une grève de plaisirs
 
L'esprit noué de défiance(47)
Dans un instinct refréné
Tu répands cette confiance
Tu plaides la voie de l’équité
 
Je vois
Comme un guide dans les usages
J’avance droit dans ton sillage
J'ai trop passé loin de tes bras
Ne s'échappe l'émoi de toi
 
Ce que tu penses, je ne le sais pas
Dis-le moi
Comme un secret enfouit, inavouable
Pourquoi ?
Outre des principes, il y a
Reliquat
L'avis de l'autre ne l'atteint pas(BX)
Je crois
Mais sous tes airs de maître, je vois
Nie-le pas
L’amour d’un père qui veille mes pas
Parfois
Sous une éthique à l’étroit
Il y a
Une paroi entre toi et moi
Façade
Cette pudeur retient en otage
En toi
Mille silences impénétrables
Convoie
Mots que l'on achemine à toi(BY)
 Avouables
L’écrit pondère mes faiblesses dans l’impasse
Se noie
L’insondable tendresse en toi
En panne
Qu’on ne t’a pas donné, je crois
Autrefois
Je suis fière d’hériter de toi
Toutefois
D’une morale honorable, je crois
 
                                    Le 14/01/08 – P/79 Là-bas – Jean-Jacques GOLDMAN

27/01/2016

FACE A TA MERE parodie "Face à la mer" CALOGERO & PASSI

Face à ta mère 
Face à la mer – (Le 04/07/08 - P/27)
Elle te choisit vestes et jeans et la couleur des hauts
Donne son avis sur ton boulot, conspire à gogo
Mettre toujours son nez partout, inspecte mes défauts
Etre soumis à ses envies, flatter son ego
 
Fils d’une vieille aristo sans gêne fait au
Mépris, au culot, foi de chameau
D’emprise sur toi aux idées qu‘elle a sous l’ chapeau
Réarme les drames tout le temps sur mon dos
 
Face à ta mère
J’aurais dû rugir
Face à ton père
J’aurais dû bondir
Je le regrette
Le vent tourne en défaite
 
Tous deux exécrables
Et tous deux obtus
Le vent tourne en défaite
  
Des bassesses qui m’atterrent sous une espèce de lâcheté
Ne cesse d’être odieuse, manoeuvre en secret
Elle a des rêves mondains, elle ne peut m’accepter
J’ai bu tout son baratin et ça m’a trop saoulé
 
Je me dis : je m’en tape au fond, donne la patte à mémé
Elle ne mâche pas ses mots, m’ matraque d’irrespect
Je n’ suis pas l’opportuniste qu’elle t’a bien brossé
J’en veux pas à ton blé, tout desséché
 
Je n’ai plus le choix et fais fi des idées spartiates
Je m’ sauve car face à ta mère, rien n’est sincère
Je n’ai plus l’ choix, il est temps de partir, d’ soigner mes stigmates
J’exauce, je ploie mais reste fière la roturière
 
Face à ta mère
J’aurais dû agir
Face à ton père
J’aurais dû lui dire
Ce jeu m’énerve
Je sens qu’ j’ vais changer d’air
 
Tous deux invivables
Et tous deux imbus
Le vent tourne en défaite
 
Face à ta mère
C’est moi l’arriviste
Face à ton père
Au fond égoïste
Surtout un être
Cité à disparaître(62)
  
Le pouvoir d’une brune qui esbroufe sous ambition
Ses manières grisent notre vie, infectent comme du poison
Elle enlève d’un regard profond nos intimes convictions
Qu’on fasse part de nos intentions, qu’on ai bénédiction
Elle râle, attaque, nous assomme d’objections
Elle veut renier son fils aimé si tant est qu’ je porte son nom
Elle ordonne et met trop de pression
C’est trop petit.. il faut que je m’écarte des cons
 
Face à ta mère
J’aurais dû rugir
Face à ton père
J’aurais dû bondir
Je le regrette
Le vent tourne en défaite
 
Tous deux exécrables
Et tous deux obtus
Le vent tourne en défaite
Tous deux détestables
Et tous deux obtus
Le vent tourne en défaite
 
Je ne renie ni mes origines, ni mes valeurs de pauvre
Un problème, plus qu’un défaut qui salit son niveau
Mes idéaux toujours dessous, comme suspecte, on me jauge
Etre au défi dans l’ conflit et peser tous ses mots
 
Fils d’une vieille aristo sans gêne fait au
Mépris, au culot, foi de chameau
 
Elle étouffe nos désirs
J’ai chaud, j’ me tire
Trop jeune pour subir 

04/12/2015

DIS-MOI QU'UN JOUR parodie "Dis-moi que l'amour" Marc LAVOINE

 
Dis-moi qu’un jour… 
(Dis-moi que l’amour) Le 29/06/07 - P/22
Ne conçois certaines choses,génère en moi un dégât 
Donne moi la cause qui m’abandonna !  
Je louvoie, défie les clauses ! Modalités me fourvoient 
Des questions que je pose pour guider mes pas !
 
Pour savoir si tu es belle, si le pardon se fera
Je ferais poubelles et les débarras(B) !     
Décrit-moi l'état actuel de ta conscience,de tes choix  
Reste en moi séquelles de cet attentat      
 
Avons-nous des ressemblances et regrettes-tu parfois 
De quelle ascendance, mon essence soit    
Trace-moi ton existence, as-tu d'autres enfants que moi                 
Affirme-moi qu’un jour, on se rejoindra !
 
Entrevoie dans une hypnose une scène dans un endroit            
S’offre à moi l’osmose que je ne connais pas !
Quelquefois l’esprit morose, découragée, j’atermoie(10)                             
Certifie-moi qu’un jour, on s’retrouvera

02/11/2015

HO SACRE KEKE parodie "Aux Champs-Elysées" Joe DASSIN

 

Aux Champs-Elysées (Joe DASSIN)            Oh ! Sacré Kéké (Paradoxlae36)

Je m'baladais sur l'avenue 95, c’est sa venue
Le coeur ouvert à l'inconnu La famille était très émue
J'avais envie de dire bonjour Un beau bébé a vu le jour
À n'importe qui Et puis a grandi !
N'importe qui ce fut toi Sa première dent, c’est à 3 mois
Je t'ai dit n'importe quoi Et à 9 mois, ses premiers pas
Il suffisait de te parler La première phrase qu’il a lancé
Pour t'apprivoiser Nous a épaté !
   
Aux Champs-Élysées Oh ! Sacré Kéké
Aux Champs-Élysées Oh ! Sacré Kéké
Au soleil, sous la pluie Réunis, aujourd’hui
À midi ou à minuit Pour souffler tes bougies
Il y a tout ce que vous voulez On va pas s’ gêner d’arroser
Aux Champs-Élysées Ta majorité !
   
Tu m'as dit "J'ai rendez-vous Tout le monde est au rendez-vous
Dans un sous-sol avec des fous Pour pas rater de boire un coup
Qui vivent la guitare à la main Sandrine, Laetitia et Fabien
Du soir au matin" Un verre à la main !
Alors je t'ai accompagnée On n’est pas pressé pour rentrer
On a chanté, on a dansé On va chanter, on va danser
Et l'on n'a même pas pensé Car là-haut, on entend siffler
À s'embrasser Notre pépé !
   
Aux Champs-Élysées Oh ! Sacré Pépé
Aux Champs-Élysées Oh ! Sacré Kéké
Au soleil, sous la pluie Tes amis du Rugby
À midi ou à minuit Loïc et puis Jérémy
Il y a tout ce que vous voulez Sont venus ce soir arroser
Aux Champs-Élysées Tes 18 années !
   
Hier soir deux inconnus Les doigts dans l’ nez, t’a obtenu
Et ce matin sur l'avenue Ton CAP en couverture
Deux amoureux tout étourdis Mais le mieux c’est jouer au rugby
Par la longue nuit Et boire du whisky
Et de l'Étoile à la Concorde Ta nièce et tes neveux s’accordent
Un orchestre à mille cordes Pour dire, que d’amour, tu débordes
Tous les oiseaux du point du jour Thibault, Hugo et Maëlys
Chantent l'amour Sont tes complices
   
Aux Champs-Élysées Oh ! Sacré Kéké
Aux Champs-Élysées Oh ! Sacré Kéké
Au soleil, sous la pluie Ta famille, tes amis
À midi ou à minuit Réunis, aujourd’hui
Il y a tout ce que vous voulez Pour faire une fête endiablée
Aux Champs-Élysées Avec notre Kéké

08/10/2015

JOSIE parodie "Ziggy" Céline DION

 

JOSIE

PAROLES (Céline DION )     PARODIE

Ziggy, il s'appelle Ziggy Mamie, on l'appelle Josie
Je suis folle de lui Une super mamie
C'est un garçon pas comme les autres C'est une femme pas comme les autres
Mais moi je l'aime, c'est pas d'ma faute Et nous on l'aime, c'est pas sa faute             
Même si je sais C'est pour sa retraite
Qu'il ne m'aimera jamais Qu'on pousse la chansonnette !
   
Ziggy, il s'appelle Ziggy Mamie, on l'appelle Josie
Je suis folle de lui Une super mamie
La première fois que je l'ai vu C'est à l'école de Saint-Genou
Je m'suis jetée sur lui dans la rue Qu'elle va écorcher ses genoux
J'lui ai seulement dit Avec ses instits
Que j'avais envie de lui Stephan et Lieuteau aussi
   
Il était quatre heures du matin C'est chez Livonet qu'elle s'affaire
J'étais seule et j'avais besoin Autour de quelques boutonnières
De parler à quelqu'un Comme une bonne couturière
Il m'a dit: viens prendre un café A l'honneur, est mis sa beauté
Et on s'est raconté nos vies Quand elle est élue Miss Berry
On a ri, on a pleuré Il y a quelques années....
   
Ziggy, il s'appelle Ziggy Mamie, on l'appelle Josie
C'est mon seul ami Une super mamie
Dans sa tête y'a que d'la musique Sa vraie beauté est dans son coeur
Il vend des disques dans une boutique Et son atout, sa bonne humeur
On dirait qu'il vit Oeuvrant toute sa vie
Dans une autre galaxie La retraite, elle l'a bénit
   
Tous les soirs, il m'emmène danser Et puis Jean-Claude est arrivé
Dans des endroits très très gais Dans son Aronde, l'a emporté                     
Où il a des tas d'amis Ils s'aimeront pour la vie !
Oui, je sais, il aime les garçons Puis naîtra un premier garçon
Je devrais me faire une raison Un deuxième, faut s' faire une raison
Essayer de l'oublier... mais Puis enfin... une fille !
   
Ziggy, il s'appelle Ziggy Mamie, on l'appelle Josie
Je suis folle de lui Une super mamie
C'est un garçon pas comme les autres Avec sa crème, y a pas d' soucis
Et moi je l'aime, c'est pas d'ma faute Tous les bobos sont vite guéris
Même si je sais Vive la retraite
Qu'il ne m'aimera jamais. Et bon scrabble sur internet !

22/09/2015

MUTANT parodie "Affronte-moi" Johnny HALLYDAY

L'adolescence est un état intermédiaire entre l'enfance et la maturité.
Le mélange est parfois détonant !
Mutant  
Tu ne fous rien,t’exagères
Tes conneries nous exaspèrent
T’es le pire de tous les élèves
 
Et tu te braques, contre-attaque
Quand on parle de tes frasques
Que tu prends à la légère
 
T’es l’innocent impuissant
Devant les autres influents
Mais tu nous prends pour des glands
 
Tu nous déçois, t’es casse-noix
Tu ne comprends pas ce qu’on dit
Comme un abruti !
 
T’entends confronte-toi aux faits
Regarde-moi
Je te dis qu’on est pas contre toi
 
Tu dis que tu n’as pas le droit
Ecoute-moi
Fais des efforts, mon gars
Démontre-moi
Réprime, expose tes choix
Tous tes préjugés ingrats
 
Sors de ton lit, fais pas l’âne
Tes rancœurs d’irresponsable
Rivalisent avec la morale
 
Fais pas le malin avec moi
Je ne suis pas un copain
Sois un peu plus aimable
 
T’es peut-être plus un gamin
Mais tu n’en es pas si loin
Pour l’instant, tu es un vaurien
 
Un peu de respect, ce serait bien
Tu pourrais mieux travailler
Que d’être là à ne faire rien
Refait le 12/12/08 – P/69
Affronte-moi - Johnny HALLYDAY  

13/08/2015

GENEVIEVE parodie "Gabrielle" Johnny HALLYDAY

 

 

Genevièveanniversaire          

 

Geneviève ! T'amuses la galerie
Ton humour nous change la vie
Ta manière d' raconter les histoires
Nous met la bonne humeur, rend hilare
Oh ! On peut te nommer la virtuose de la bourde, des conneries !
Tu déclenches les fous rires en Maria, en Shirley, travestie !
Oh ! On rit.....rit avec toi !
On veut que ce soir, tu propages un air joyeux !
 
La soixantaine, faut se résoudre
Soulage ta peine en levant le coude
Et bonne chance pour que ça ne te fracasse
La soixantaine, faut qu' tu te saoules
Noyer ta peine dans l' vin qui s'écoule
Sans te rouler, délire toute la soirée !
 
Geneviève ! Ton problème avec l'heure
Une malédiction, c'est l'horreur !
T'es gourmande ! T'engloutis les croissants
Comme les galettes qui n'ont pas bon temps !
Oh ! Tu peux t'énerver après Jean, il est sourd et s'en fiche !
Tes yeux connectés à l'écran, tchate avec tes ami(e)s
Oh ! As-tu vraiment rien d'autre à faire ?
Et du deviens une autre esclave du temps à perdre !
 
La soixantaine, faut se résoudre
Soulage ta peine en levant le coude
Et bonne chance pour que tu ne te ramasses !
La soixantaine, faut qu' tu te saoules
Noyer ta peine dans l' vin qui s'écoule
T'es pardonné, l'empire du rire a gagné !
Oui t'as gagné ! Mourir de rire à tes pieds !

Le 20/07/10 – P/

Gabrielle - Johnny HALLYDAY