12/03/2016

SHOPPING parodie "Elle a gardé ses yeux d'enfant, ma mère" Mike BRANT

Elle a acheté ces deux ensembles pas chers
Shopping 
Elle a gardé ses yeux d’enfant, ma mère  - (Le 18/08/07 - P88)             
Elle a acheté ces deux ensembles pas chers, et
Les soldes d’Auchan lui ont permis l’affaire
A Camaïeu, elle cherche un short beige
Mais un tailleur de lin pourrait lui plaire !  
Quand vient les essais dans la cabine
Dans miroirs autour, elle s’examine
  
Elle a acheté ces deux vêtements pas chers, mais
Dans ses placards, on y trouve son problème
Elle devra faire le vide pour ses achats
Et dans ce cas, il faut refaire des choix
 
Et quand elle appelle quelques copines
Sur les grands faubourgs, ensemble elles fouinen
 Elle a acheté ces deux ensembles pas chers, et 
Quelques dépenses la divertissent, la piègent
Et c’est Monsieur qui paiera le manège    
La bonne humeur ne tient qu’à satisfaire ! 

04/12/2015

ON DOIT COLLER LES SERVIETTES parodie "On fait tourner les serviettes" Patrick SEBASTIEN

On doit coller les serviettes
J' vais vous parler d' ces bricoles
Qui débarquent tous les mois et nous désolent
On n'est pas bien et ça nous crève
On peut s' tâcher, ça nous énerve
Ventre gonflé, on est serré dans nos vêtements
Mais on finit par rentrer dedans !
 
Et l'on doit coller les serviettes
Ça irrigue nos foufounettes
Mais souvent, ça tâche nos jupettes
Nos belles toilettes
Après, on a l'air bête
Et l'on doit coller les serviettes
Ça irrigue nos foufounettes
Trop souvent, ça colle aux frisettes
C'est bête, c'est bête
Faut raser la minette
 
Un torrent muqueux
Qui s'écoule
C'est pas très spongieux
Dans nos couches
Mais c'est chaleureux
Dans nos d' ssous
On n'est pas au mieux
Quand ça coule
 
Notre humeur en est perturbée
On gère l'affaire depuis l'antiquité
Le spectacle est annulé
Car le petit clown saigne du nez
Monsieur n'est pas content, privé de son extra
Un cycle éprouvant chaque fois
 
Et l'on doit coller les serviettes
Ça irrigue nos foufounettes
Mais souvent, ça tâche nos jupettes
Nos belles toilettes
Après, on a l'air bête
Et l'on doit coller les serviettes
Ça irrigue nos foufounettes
Trop souvent, ça colle aux frisettes
C'est bête, c'est bête
Faut raser la minette
 
On a une option
Quand on bouge
On met du coton
Dans le trou
Et quand le cordon
Devient rouge
On sort le bouchon
De la moule  
Le 10/03/10                                         Patrick SEBASTIEN - On fait tourner les serviettes

23/11/2015

LES LILIS parodie "le zizi" Pierre PERRET

 

 

LES LILIS

Afin de parler autre chose que du sexe
O gué, ô gué
Vous crayonne les courbes des reliefs
O gué, ô gué
Il y en a pas de pareil
Ces sommets sont des merveilles
Il y a ceux qu’on amplifie
Pour donner rebondi
Des attributs quasi symétriques
Des authentiques à ceux en plastique
 
Ils se dessinent sous diverses formes
O gué, ô gué
Comme une poire ou tout rond comme une pomme
O gué, ô gué
Ils accrochent quelques regards
Ils ont peut-être quelques pouvoirs
Quels sont ces monts sacrés 
Aux aspects évocatoires
Particularité féminine
Ces deux choses charment la gent masculine
 
{Refrain}
Tout, tout, tout
Vous saurez tout sur les lilis
Les vrais, les faux
Les laids, les beaux
Les durs, les mous
Qui regardent les genoux
Les gros tendus
Les petits menus
Les décolletés
Qui sont refaits
Tout, tout, tout
Je vous dirais tout sur les lilis
 
Des lilis, y en a d’ toutes les couleurs
O gué, ô gué
Des regonflés plus beaux en teneur
O gué, ô gué
Qui n’ont plus besoin de soutif
Qui se tiennent droits comme des ifs
Y en a qui sont plus que flasques
Victimes du temps qui passe
Ceux qui ont un maintien en souplesse
Qui éveillent le désir des caresses
 
Des lilis parc-choc innovateur
O gué, ô gué
Remplis de silicone suspenseur
O gué, ô gué
Plus de lilis pour la tétée
Des lolos privés de lait
Remplacé par un flacon
Qu’on appelle le biberon
Des bonnets de lilis si minuscules
Adéquates pour donner du volume
 
{Refrain}
 
Les lilis percés de la mémé
O gué, ô gué
Qu’ les corsets ont bien laissé tomber
O gué, ô gué
Des soutien-pis pigeonnants
Des gadgets si bluffants
Qu’on ne pourrait se douter qu’il n’y a rien dedans
L’esthétique, le beau prend une grande place
Une éthique qui veut qu’on les refasse
 
Des obus géants comme un fardeau
O gué, ô gué
Qu’on réduit parce qu’ils bousillent le dos
O gué, ô gué
Il y a du monde au balcon
Qui attirent tous les garçons
Des bouts de tétines pointues
Y en aurait même des poilues
Ils sont frappés d’ ressemblance
Dans une variété d’ différence
 
{Refrain}
 
J’ai vu des petits lilis qui poussaient
O gué, ô gué
Des œufs sur le plat, le jaune crevé
O gué, ô gué
Des nénés tombent dans l’oubli
Sous un aspect (bien) défleuri
Ils sont ceux qu’on ne veut pas
On aime ceux qui sont gras
Tous ces lilis qu’il faut qu’on soutienne
On les mets au plus haut de la scène
 
{Refrain}

13/10/2015

PRETENTIONS parodie "Le pénitencier" Johnny HALLYDAY

Prétentions
Qu’il sorte son pénis entier
Plutôt que de s’en vanter
Mais hélas, l’organe apparaît transi
Le pauvre dard se liquéfie
Les gars sont si fiers des effets
Que donnent leur matériel
Tendu, parfaite virilité
Ce n’est simple bagatelle
L’appareil sous un caoutchouc
D’interdits, conditionné
Ainsi, se pare cet attribut
Retient le risque du jet
 
L’affaire s’écourtera
Rabaissez alors vos prétentions
Seuls conquis, comblés de bévues
Messieurs, remontez vos pantalons
Vos brindilles nous font marrer
Les faits s’avèrent, pleurez
Mesdames, démontez leur vanité
Machos prennent déculottée
Qu’il sorte son pénis entier
Plutôt que de s’en vanter
Mais hélas, le membre apparaît transi
Le pauvre dard se liquéfie
                                                                         Le 11/09/08 – P/80   Le pénitencier – Johnny HALLYDAY