22/07/2017

L'HOTE COSSU A NOS FRAIS parodie "Rue de la paix" ZAZIE

                                                                                                                       
L’hôte cossu à nos frais
(Rue la paix) Le 26/06/07 - P/64 
Je paye mes impôts puisque je gagne ma vie
C’est le vœu de l’Empereur
N’y a de magot qui ne soit assujetti
Veille le régisseur
Dans l’amalgame des blâmes
La redevance téléviseur
Contraventions exploitent contribuable
 
Toujours l’on s’échine
Et c’est la même rengaine
Qu’on ne vienne à manquer           
La patente des usines
Descend les affaires, gangrène
L’avenir exilé 
Le pauvre n’a plus de bourse dans un monde évolué
N'a plus de meubles, et vend sa raison
 
Collecte l’impôt, la ruse à nos frais
Permettre à l’hôte, fortune à jamais
Abondent surtout les intérêts du prince
Je paye un impôt si je gagne
Je paye mes impôts, faut que je me magne
Déleste le monde du peu qu’il gagne
Il a faim !
  
Autant de réjouissances(3)
Epuisent les fonds de la caisse(4)
Mais combien cotiser(5)
Pour régaler bombances(6)
Apprendre à vivre à la baisse
Atteindre satiété(7) 
D'hélas réunions(A) pour organiser des réceptions
Voyager quelques jours sur nos ronds
 
Adresse un rappel, si tu ne payes
Remettre à l’hôte, tribut à jamais
Abondent surtout ses intérêts sans fin
Je paye des impôts quand je gagne
Je paye mes impôts, faut que je me magne 
Déleste le monde du peu qu’il gagne
Il a faim !
 
Il y a toujours des frais,fondent les crédits en banque
Et tout ce qui s’achète gonfle le boni dans le fisc(8) 
Croulant sous les agios, tronque ma vie, vente aux enchères(9)
Ainsi, les prévôts prennent nos sous et trient toute la monnaie…
 
Dépêche un rappel si tu ne payes
Permettre à l’hôte cossu à nos frais
Qu’abondent surtout ses intérêts
Sans fin
Je paye des impôts quand je gagne
Je paye mes impôts, faut qu’je me magne
Déleste le monde du peu qu’il gagne
C’est le gain !
 

15/03/2017

CONSOLE-MOI Parodie "Envole-moi" Jean-Jacques GOLDMAN

 
Console-moi
Si je me crève tous les jours
Pouvoir couvrir le montant des factures trop lourd
La vie, un gouffre, à l’intérieur
Tel un vassal, je suis l’esclave du seigneur(38)
 
J’ai pas choisi cette piètre vie
J’aimerais l’aisance et les vacances de mes amis(39)
Je fais les frais de ces décrets
Parmi le lot de français moyens dans l’étau
 
Console-moi, console-moi, console-moi
Besoins et nécessité désolent mon égo
Console-moi, console-moi
J’envie les êtres aux situations des plus hautes
Console-moi
 
Pas de raison , ni d’ambition(AC)
Règles du jeu fixées mais les dés sont pipés
Se faire une place aux beaux milieux
Profitent les charges sur les moissons des malheureux
 
Trop d’interdits, plus de permis
Entre la soumission, sanctions en prévention
L’autorité de l’imposture
De tout se prive les français dans la censure
 
Console-moi, console-moi, console-moi
Toi, supériorité qui récolte au credo(40)
Console-moi, console-moi
Te prie de te mettre en situation des autres
Console-moi
 
Console-moi, console-moi, console-moi
Toi, supériorité qui récolte magot
Console-moi, console-moi
Te prie de te mettre aux conditions de l’autre
Console-moi
 
Mais baisse-toi, regarde en bas, rigole pas
Croise les yeux de ceux qui s’échinent à la tâche
Console-moi, l’ire s’accroît
Honte à toi qui a promis le mieux au contrat
Console-moi, console-moi, console-moi, console-moi
Ne tarde rien car on se rassemblera
Détresse aboie, console-moi
Racket des droits que l’ancêtre obtient au combat
Console-moi, console-moi, console-moi
 
 
Le 27/10/07 – P/15
Envole-moi – Jean-Jacques GOLDMAN

08/03/2017

ON RAQUE POUR TOI parodie "Ca plane pour moi" Plastic BERTRAND

On raque pour toi

Nicolas a mangé tout le chocolat de la vieille dame
A pris sa main et puis le bras aux fonds de sa campagne
Leurrée, spoliée ! La pauvre femme
Risquerait-il le bagne ou juste un blâme ?
Ouh Ouh Ouh Ouh ! Ouh ! Le coquin !
 
Allez hop ! Une enveloppe
De quelques milliers d' Euros mais peu importe
Dans la popoche de Pénélope
Pour toutes ses heures passées au bureau
Elle est trop forte cette anecdote
Où Où Où Où ! Mais ou est passé son bureau ?
 
On raque pour toi, on raque pour toi
On raque pour toi, toi, toi, toi, toi, toi
On raque pour toi !
Ouh Ouh Ouh Ouh ! On raque pour quoi ?
 
Allez hop, la maline de Marine est dans son droit
Et n'est pas au dessus de ces lois
Votées par qui, votées pour quoi ?
Protéger leurs pouvoirs et leurs avantages
Où où où où ! La décadence s'installe en France
 
On raque pour toi, on raque pour toi
On raque pour toi, toi, toi, toi, toi, toi
On raque pour toi
Ouh Ouh Ouh Ouh ! On raque pour quoi ?
 
Hop hop hop ! Escapades de Flamby au volant de son joli scooter
La pauvre se prive de chauffeur
Mais grâcement paye son coiffeur
Afin de faire le joli cœur
Où Où Où Où ! Ici et là !
 
On raque pour toi, on raque pour toi
On raque pour toi, toi, toi, toi, toi, toi
On raque pour toi
Ouh Ouh Ouh Ouh ! On raque pour quoi ?
 
Allez hop ! Les Hamon, Fillon, Mélenchon et les Macron
Qui feraient n'importe quoi pour un mandat
Sans privilèges, sans intérêts, on y croit pas !
Se traînant autant de casseroles que les autres
Ouh Ouh Ouh Ouh ! A-t-on le choix ?
 
On raque pour toi, on raque pour toi
On raque pour toi, toi, toi, toi, toi, toi
On raque pour toi
Hou Hou Hou Hou ! On raque pour quoi ?
 
Le 04/03/2017- P
Ca plane pour moi – Plastic Bertrand 

01/03/2017

VALLS LA BAFFE parodie "A présent tu peux t'en aller" Richard ANTHONY

 

VALLS LA BAFFE

Tu es parti en Bretagne pour ta campagne
Une giboulée de claques, voilà ce que tu gagnes
Faut pas abuser chez les Gaulois
Enfariné à l'Est, de ça il y a un mois
Pas d'agressivité
Moi, je vais te le chanter
 
Tu t'es présenté pour devenir Président
Faut pas prendre tous les français que pour des glands
Donner une gifle plutôt réussi
Ce contre trois mois de prison avec sursis
Parce que l'on t'a mouché
Avec le mouchoir des français !
 
Tu peux chercher encore à gouverner la France
Plus de chômage et de malheureux
Dans ce monde en décadence
 
Valls, Sarkozy, Hollande et Fillon, les enjeux
Sont importants et ne faites qu'augmenter le creux
Oubliées vos promesses et vos débats
Le peuple n'a plus confiance en vous, ni de foi
Comment faut gouverner : En donnant un bon coup de balai !
 
Vous avez gouverner que pour vos intérêts
Et la France aujourd'hui en est que plus minée
Si vous dirigez comme des rois
Envolés vos nouveaux mandats, bon débarras
Ca, ce n'est pas volé
A présent, du vent, du balai
 
Tu peux chercher encore à manipuler la France
Plus de dommages et plus d'officieux
Dans ce monde en décadence
 
Ca maintenant c'est fait
Combien oserons vous baffer
 
Le 08/02/2017
Co-écrit avec DJtiti
A présent tu peux t'en aller – Richard ANTHONY

 

03/05/2016

CAPABLE DE RIEN parodie "Aux arbres citoyens" Yannick NOAH

 
 
Solvables citoyens
(Aux arbres citoyens) Le 21/06/07 - P/82
Qu’autant deviennent sans-gène, redoutent et s’épargnent
Ne se donnent plus la peine dans ce qu’ils gagnent 
Et l’on chôme en spirale, illusoire repos
Presqu’un idéal qui sonne faux !
 
Destinée précaire s’empare de l’avenir en balance
Mais quelques débrouillards montent en impudence  
Les demandeurs de rôle se noient dans leurs diplômes
Ces rêveurs de carrière, sans arguments, se paument
 
Puisqu’il faut qu’on se repose, capable de rien
Au décourageant s’impose un monde de vauriens
 
Maussade quotidien sans qu’on sache se vendre
Le réveil reste éteint, la tâche peut attendre 
S’affranchir des doutes(1) dans l’armée de marauds
Tant de personnes dissoutes(2) aux cachets-placebos ! 
 
Les formulaires abondent, ton cas devient un chiffre
Tes projets se morfondent mais tu dois subvenir !
 
Puisqu’il faut qu’on se repose, pléiade de « bons à rien »
Car évidemment s’impose une bande de vauriens ! 
Puisqu’il faut qu’on se repose au stade malsain
Il est grand temps qu’on propose fonctions pour demain !
 
Important, le devoir évite les fautes
Amputé d’une chance, ta vie se fond aux autres
L’engagement est si rare, prospecte ça et là !
 
Puisqu’il faut qu’on se repose, incartades sans fin
Quel certificat s’impose pour rien faire demain ! 
 
 

Puisqu'il faut qu'on se repose

Auteur : Paradoxale 36

parodie de "Aux arbres citoyens" deYannick Noah
PAROLES                                            PARODIE
Le ciment dans les plaines
Qu’autant deviennent sans-gène
Coule jusqu’au montagnes
Redoutent et s’épargnent
Poison dans les fontaines
Ne se donnent plus la peine
Dans nos campagnes !
Dans ce qu’ils gagnent
De cyclones en rafales
Et l’on chôme en spirale
Notre histoire prend l’eau
Illusoire repos
Reste notre idéal
Presqu’un idéal
« Faire les beaux »
Qui sonne faux !
 
 
S’acheter de l’air en barre
Destinée précaire s’empare
Remplir la balance
D’ l’avenir en balance
Quelques pétro-dollards
Mais quelques débrouillards
Contre l’existence
Montent en impudence !
 
 
De l’équateur aux pôles
Les demandeurs de rôle
Ce poids sur nos épaules
Se noient dans leurs diplômes
De squatteurs éphémères
Ces rêveurs de carrière
Maintenant c’est plus drôle
Sans arguments, se paument
 
 
Puisqu’il faut changer les choses
Puisqu’il faut qu’on se repose
Aux arbres citoyens !
Capable de rien
Il est grand temps qu’on propose
Au décourageant s’impose
Un monde pour demain !
Un monde de vauriens
 
 
Aux arbres citoyens
Maussade quotidien
Quelques baffes à prendre
Sans qu’on sache se vendre
La veille est pour demain
Le réveil reste éteint
Des baffes à rendre !
La tâche peut attendre
 
 
Faire tenir debout
S’affranchir des doutes(1)
Une armée de roseaux
Dans l’armée de marauds
Plus personne à genoux
Tant de personnes dissoutes(2)
Fais passer le mot
Aux cachets-placebos ! 
 
 
C’est vrai, la terre est ronde
Les formulaires abondent
Mais qui viendra nous dire
Ton cas devient un chiffre
Qu’elle l’est pour tout le monde
Tes projets se morfondent
Et les autres a venir ?
Mais tu dois subvenir !
 
 
Puisqu’il faut changer les choses
Puisqu’il faut qu’on se repose
Aux arbres citoyens !
Pléiade de « bon à rien »
Il est grand temps qu’on propose
Car évidemment s’impose
Un monde pour demain !
Une bande de vauriens !
 
 
Puisqu’il faut changer les choses
Puisqu’il faut qu’on se repose
Aux arbres citoyens !
Au stade malsain
Il est grand temps qu’on propose
Il est grand temps qu’on propose
Un monde pour demain !
Fonctions pour demain !
 
 
Plus le temps de savoir à qui la faute
Important, le devoir évite les fautes
De compter sur la chance ou les autres
Amputé d’une chance, ta vie se fond aux autres
Maintenant on se bat
L’engagement est si rare
Avec toi, moi j’y crois !
Prospecte ça et là !
 
 
Puisqu’il faut changer les choses
Puisqu’il faut qu’on se repose
Aux arbres citoyens !
Incartades sans fin
Il est grand temps qu’on propose
Quel certificat s’impose
Un monde pour demain !
Pour rien faire demain ! 
 

30/04/2016

LEURS VERITES parodie "Ma vérité" Johnny HALLYDAY

 

Leurs vérités

PAROLES "Ma vérité" J-Hallyday             PARODIE "Leurs vérités" P36

On me dit que la vie n’est rien On nous dit que la vie demain
Qu’un aller sans retour Va changer de parcours
On me dit que c’est pour mon bien On nous dit « votez citoyens »
Qu’il faut bien s’arrêter un jour Tout un lot d’hommes rusés discourent
   
Je n’ai fait semblant de rien Ils ont un semblant de saint
Je me suis sali les mains Un esprit de comédien
Pour construire ma liberté Pour instruire leurs idées
Et pouvoir dire ma vérité Faire croire que le pire est passé
   
J’ai frôlé la mort Et l’on nous endort
Trouvé l’amour L’on nous envoûte
Rien ne peut plus rien m’arriver Perdu dans leurs vérités
J’ai trouvé la force des premiers jours Ils ont la riposte qui déroute
Je n’ai plus rien à prouver Se donnent les moyens de gagner
Tout peut s’oublier Fourbes et subtilités
Mais pas la liberté Dessous leurs vérités
   
On me dit que la vie n’est rien On nous dit « chers concitoyens »
Ne vaut pas le détour Fléaux qui nous entourent
Qu’il n’y a pas de place ici Dépassent tous les autres partis
Pour tous les forçats de l’amour Que ce candidat a recours
   
Je n’ai fait semblant de rien Ils ont l’ascendant malsain
Je me suis sali les mains Nous sommes de minimes crétins
Pour construire ma liberté Un navire prêt à couler
Et pouvoir dire ma vérité N’a d’espoir d’être sauver
   
J’ai frôlé la mort L’on promet encore
Trouvé l’amour Concret s’ajourne
Rien ne peut plus rien m’arriver Pleins de convenus dérivés
J’ai trouvé la force des premiers jours Ils ont le best of des vraies magouilles
Je n’ai plus rien à prouver Et tendent plein de collets
Tout peut s’oublier Avec habilité
Mais pas la liberté Sur toutes leurs vérités !
   
Tout peut s'oublier Tout pour nous tromper
Mais pas la liberté Tout pour nous spolier
Tout peut s'oublier Avec leurs vérités
Mais pas la liberté Avec leurs vérités
   
On me dit que la vie n’est rien On nous dit qu’il faut se restreindre
Qu’un aller sans retour Et se porter secours
On me dit que c’est pour mon bien On nous dit que c’est pour notre bien
Qu’il faut bien s’arrêter un jour Qu’il faut tout donner aux vautours
   
Je n’ai fait semblant de rien L’on entend ce même refrain
Je me suis sali les mains D’ la répartie au scrutin
Pour construire ma liberté Reconduire les abcès
Et pouvoir dire ma vérité Le pouvoir biffe les promesses
   
J’ai frôlé la mort L’on soumet l’effort
Trouvé l’amour Que l’on détourne
Rien ne peut plus rien m’arriver Pour un peu plus d’intérêt
J’ai trouvé la force des premiers jours Il n’y a de despote dans ce grand souk
Je n’ai plus rien à prouver Que des bourses subtilisées
Tout peut s’oublier Tout peut s’acheter
Mais pas la liberté Surtout leurs vérités

24/04/2016

CASQUER parodie "Cassé" Nolwenn LEROY

Casquer
(Cassé) Le 09/12/08 - P/10
L’appel de la rue a résonné
Quand s’écroule tout un empire après son apogée
 
Quand les réserves s’amenuisent
Le fléau déjà bien avancé
Y a plus d’issue, c’est la crise
Les pieds et les poings liés
 
Enfoncés dans le marasme
L’écart social s’est creusé
Les jours néfastes menacent
Et alors on devra…
 
Casquer, oh, oh, casquer
C’est la débâcle, y a plus d’argent
A qui la faute
Casquer, oh, oh, casquer
Sortons les rames dans ce torrent
Certains pataugent
La populace est aux abois !
 
Les grèves n’ont plus rien a dire
Et tangue le bateau prêt à couler
S’apprête l’homme à s’appauvrir
Avec ses grandes idées
 
La haine engendre des bourrasques
Dès lors plus d’égalité
Les jours d’angoisse s’accroissent
Et les vices seront rois
 
Casquer, oh, oh, casquer
C’est la débâcle, y a plus d’argent
A qui la faute
Casquer, oh, oh, casquer
Sortons les rames dans ce torrent
Certains pataugent
La populace est aux abois !
 
Casquer, oh, oh, casquer, oh, oh
C’est la débâcle, y a plus d’argent
A qui la faute
Casquer, oh, oh, casquer