05/04/2018

CAPABLE DE RIEN parodie "Aux arbres citoyens" Yannick NOAH

 
 
Capable de rien
(Aux arbres citoyens-Yannick Noah) Le 21/06/07 - P/82
 
Qu’autant deviennent sans-gène, redoutent et s’épargnent
Ne se donnent plus la peine dans ce qu’ils gagnent 
Et l’on chôme en spirale, illusoire repos
Presqu’un idéal qui sonne faux !
 
Destinée précaire s’empare de l’avenir en balance
Mais quelques débrouillards montent en impudence  
Les demandeurs de rôle se noient dans leurs diplômes
Ces rêveurs de carrière, sans arguments, se paument
 
Puisqu’il faut qu’on se repose, capable de rien
Au décourageant s’impose un monde de vauriens
 
Maussade quotidien sans qu’on sache se vendre
Le réveil reste éteint, la tâche peut attendre 
S’affranchir des doutes(1) dans l’armée de marauds
Tant de personnes dissoutes(2) aux cachets-placebos ! 
 
Les formulaires abondent, ton cas devient un chiffre
Tes projets se morfondent mais tu dois subvenir !
 
Puisqu’il faut qu’on se repose, pléiade de « bons à rien »
Car évidemment s’impose une bande de vauriens ! 
Puisqu’il faut qu’on se repose au stade malsain
Il est grand temps qu’on propose fonctions pour demain !
 
Important, le devoir évite les fautes
Amputé d’une chance, ta vie se fond aux autres
L’engagement est si rare, prospecte ça et là !
 
Puisqu’il faut qu’on se repose, incartades sans fin
Quel certificat s’impose pour rien faire demain ! 
 
 

Capable de rien

Auteur : Paradoxale 36

parodie de "Aux arbres citoyens" de Yannick Noah
PAROLES                                              PARODIE
Le ciment dans les plaines
Qu’autant deviennent sans-gène
Coule jusqu’au montagnes
Redoutent et s’épargnent
Poison dans les fontaines
Ne se donnent plus la peine
Dans nos campagnes !
Dans ce qu’ils gagnent
De cyclones en rafales
Et l’on chôme en spirale
Notre histoire prend l’eau
Illusoire repos
Reste notre idéal
Presqu’un idéal
« Faire les beaux »
Qui sonne faux !
 
 
S’acheter de l’air en barre
Destinée précaire s’empare
Remplir la balance
D’ l’avenir en balance
Quelques pétro-dollards
Mais quelques débrouillards
Contre l’existence
Montent en impudence !
 
 
De l’équateur aux pôles
Les demandeurs de rôle
Ce poids sur nos épaules
Se noient dans leurs diplômes
De squatteurs éphémères
Ces rêveurs de carrière
Maintenant c’est plus drôle
Sans arguments, se paument
 
 
Puisqu’il faut changer les choses
Puisqu’il faut qu’on se repose
Aux arbres citoyens !
Capable de rien
Il est grand temps qu’on propose
Au décourageant s’impose
Un monde pour demain !
Un monde de vauriens
 
 
Aux arbres citoyens
Maussade quotidien
Quelques baffes à prendre
Sans qu’on sache se vendre
La veille est pour demain
Le réveil reste éteint
Des baffes à rendre !
La tâche peut attendre
 
 
Faire tenir debout
S’affranchir des doutes(1)
Une armée de roseaux
Dans l’armée de marauds
Plus personne à genoux
Tant de personnes dissoutes(2)
Fais passer le mot
Aux cachets-placebos ! 
 
 
C’est vrai, la terre est ronde
Les formulaires abondent
Mais qui viendra nous dire
Ton cas devient un chiffre
Qu’elle l’est pour tout le monde
Tes projets se morfondent
Et les autres a venir ?
Mais tu dois subvenir !
 
 
Puisqu’il faut changer les choses
Puisqu’il faut qu’on se repose
Aux arbres citoyens !
Pléiade de « bon à rien »
Il est grand temps qu’on propose
Car évidemment s’impose
Un monde pour demain !
Une bande de vauriens !
 
 
Puisqu’il faut changer les choses
Puisqu’il faut qu’on se repose
Aux arbres citoyens !
Au stade malsain
Il est grand temps qu’on propose
Il est grand temps qu’on propose
Un monde pour demain !
Fonctions pour demain !
 
 
Plus le temps de savoir à qui la faute
Important, le devoir évite les fautes
De compter sur la chance ou les autres
Amputé d’une chance, ta vie se fond aux autres
Maintenant on se bat
L’engagement est si rare
Avec toi, moi j’y crois !
Prospecte ça et là !
 
 
Puisqu’il faut changer les choses
Puisqu’il faut qu’on se repose
Aux arbres citoyens !
Incartades sans fin
Il est grand temps qu’on propose
Quel certificat s’impose
Un monde pour demain !
Pour rien faire demain ! 
 

26/03/2018

AU MINISTERE Parodie "Encore un autre hiver" Les Enfoirés


Au ministère
Encore un autre hiver
Au chaud au Ministère
On a les meilleures places
Que veux tu que l'on y fasse !
 
Dehors, c'est la détresse
Nous, on passe à la caisse
On a de belles bagnoles
On vous laisse quelques babioles
 
On aime les beaux discours
Les diamants, le velours
 
Encore une réception
Grâce à votre pognon
Nos assiettes vous dérangent
Mais il faut bien que l'on mange
 
Encore une distance
De carence à outrance
Pourtant y a plus de couronne
Toujours de pauvres personnes
 
On aime ce qui est rare
Le beau, on en a le pouvoir
 
Dans nos jolis habits, on revêt l'assurance
Et l'on en fait des tonnes pour vous mettre en confiance
Il faut que tu te prives pour gonfler nos finances
Il était une fois, un régime en vacances !
 
Encore une bonne affaire
Rentable au ministère
On vit dans de grands palaces
Car on a besoin d'espace 
 
Encore toute une histoire
Pour si peu d'accessoires
Vos états d'âmes, on s'en moque
Dans ce monde, rien ne nous choque
 
Encore un patachon
Qui saisit l'occasion
Qui profite du confort
Car il déteste les efforts
 
S'endormant sur des rapports
Attendant tous vos apports
Pour préserver nos sorts
Conserver nos trésors
Il nous en faut encore
On vous laisse à vos sorts 
Sur ça, on est d'accord
D'accord, d'accord, d'accord 
 
Le 13/04/12 – Encore un autre hiver - Les Enfoirés

30/12/2017

QUE FAIT LA FRANCE parodie "What about us" PINK

Que fait la France

C'est pas comme si des gens dormaient dehors

Que pour certains, la faim tenaille au ventre

Que nos ainés sont largués du décor

Ceux qu'on trimé pour avoir peu de rente
 

Que se passe-t-il ? Que se passe-t-il ?

Sommes nous devenus des imbéciles

Que peut-on faire ? Que peut-on faire ?

Vous les élus, politiques prospères

Que fait la France ? Que fait la France ?

Moulée dans autant d'indifférence

Que fait la France ? Que fait la France ?

Des conséquences
 

C'est pas comme si, de travail, on manquait

Que nos usines changent de port, s'évaporent

Que les machines, d'épauler, substituaient

C'est comme la queue du félin qu'il se mord
 

Que se passe-t-il ? Que se passe-t-il ?

La société s'annonce en péril

Que peut-on faire ? Que peut-on faire ?

Quand tout n'est qu'une question pécuniaire

Que fait la France ? Que fait la France ?

Murée totalement dans l'impuissance

Que fait la France ? Que fait la France ?

En défaillance
 

C'est pas comme si se mourraient nos villages

Plus de médecins, d'écoles (et) de subventions

Des artisans étouffés par (toutes) les charges

Et des métiers en voie de disparition
 

Que se passe-t-il ? Que se passe-t-il ?

Nos cœurs deviennent-ils vraiment stériles

Que peut-on faire ? Que peut-on faire ?

Quand le monde, sans lumière, se perd

Que fait la France ? Que fait la France ?

Quand tout le peuple a perdu confiance

Que fait la France ? Que fait la France ?

Dans ces manigances
 

C'est pas comme si l'on se trompait de cible

En détroussant voyageurs en chemin

Laissant filer les auteurs de l'horrible

L'autorité fourvoyée par le gain
 

Que se passe-t-il ? Que se passe-t-il ?

Notre pays devient-il hostile

Que peut-on faire ? Que peut-on faire ?

Quand nos culs sont sur une poudrière

Que fait la France ? Que fait la France ?

De ce dégoût et cette violence

Que fait la France ? Que fait la France ?

Des discordances

 
C'est pas comme si nos centrales étaient combles

Logés, nourris, risque des scélérats

Qu'est-ce qu'un procès pour ces poseurs de bombes

A part le diable, je ne vois d'avocat
 

Que se passe-t-il ? Que se passe-t-il ?

Les efforts sont-ils encore utiles

Que peut-on faire ? Que peut-on faire ?

Enfouis dans cette mélasse routinière

Que fait la France ? Que fait la France ?

A part sauver toutes les apparences

Que fait la France

De l'exubérance de la finance
 

C'est pas comme si l'on manquait d'enseignants

Précarité chez certains étudiants

S'immisce carence dans le corps médical

Effondrement de la couverture sociale
 

Que se passe-t-il ? Que se passe-t-il ?

Sommes-nous des fous qui méritent l'asile

Que peut-on faire ? Que peut-on faire ?

Quand le service public s'enferre

Que fait la France ? Que fait la France ?

Quand personne ne peut mener la danse

Que fait la France ? Que fait la France ?

En décadence
 

C'est pas comme si foirait l'économie

Aidé d'une clique de grands opportunistes

Trop d'assistance fainéante la nation

Trop de dépenses aux frais des mêmes pigeons

                                                  Le 10/12/2017-What about us-Pink

22/07/2017

L'HOTE COSSU A NOS FRAIS parodie "Rue de la paix" ZAZIE

                                                                                                                       
L’hôte cossu à nos frais
(Rue la paix) Le 26/06/07 - P/64 
Je paye mes impôts puisque je gagne ma vie
C’est le vœu de l’Empereur
N’y a de magot qui ne soit assujetti
Veille le régisseur
Dans l’amalgame des blâmes
La redevance téléviseur
Contraventions exploitent contribuable
 
Toujours l’on s’échine
Et c’est la même rengaine
Qu’on ne vienne à manquer           
La patente des usines
Descend les affaires, gangrène
L’avenir exilé 
Le pauvre n’a plus de bourse dans un monde évolué
N'a plus de meubles, et vend sa raison
 
Collecte l’impôt, la ruse à nos frais
Permettre à l’hôte, fortune à jamais
Abondent surtout les intérêts du prince
Je paye un impôt si je gagne
Je paye mes impôts, faut que je me magne
Déleste le monde du peu qu’il gagne
Il a faim !
  
Autant de réjouissances(3)
Epuisent les fonds de la caisse(4)
Mais combien cotiser(5)
Pour régaler bombances(6)
Apprendre à vivre à la baisse
Atteindre satiété(7) 
D'hélas réunions(A) pour organiser des réceptions
Voyager quelques jours sur nos ronds
 
Adresse un rappel, si tu ne payes
Remettre à l’hôte, tribut à jamais
Abondent surtout ses intérêts sans fin
Je paye des impôts quand je gagne
Je paye mes impôts, faut que je me magne 
Déleste le monde du peu qu’il gagne
Il a faim !
 
Il y a toujours des frais,fondent les crédits en banque
Et tout ce qui s’achète gonfle le boni dans le fisc(8) 
Croulant sous les agios, tronque ma vie, vente aux enchères(9)
Ainsi, les prévôts prennent nos sous et trient toute la monnaie…
 
Dépêche un rappel si tu ne payes
Permettre à l’hôte cossu à nos frais
Qu’abondent surtout ses intérêts
Sans fin
Je paye des impôts quand je gagne
Je paye mes impôts, faut qu’je me magne
Déleste le monde du peu qu’il gagne
C’est le gain !