08/02/2017

LES PETITS MALINS parodie "Chaque matin" Yannick NOAH

Les Petits malins 
 (Chaque matin)Le 31/10/08 - P/58
 Des hommes déloyaux et malhonnêtes
 Du tact et du cran sont leurs armes
 Ils jouent du pipeau, font des courbettes
 Sur une ambition immorale
 Pourquoi voler c’ que les autres ont gagné
 Par les efforts de leur travail
 Cherchent ces flemmards, le gain aisé
 Des fourbes nés, de vrais canailles
 
Les p’ tits malins ,
Les p’ tits malins encensent avec aisance
Les p’ tits malins ,
Les p’ tits malins vivent de leurs manigances
Les p’ tits malins ,
Les p’ tits malins allient à la prestance
Les p’ tits malins ,
Les p’ tits malins un brin de prévenance
 
Ils ont l’apanage des girouettes
Atteints d’embrouilles incurables
Ils font du grisbi, leur conquête
Aux frais des âmes trop vulnérables
 
Sournois, ces acteurs aiment convoiter
Le beau, le cher, tout c’ qu’est royal
Félons noyés d’avidité
L’hypocrisie est viscérale
 
Les p’ tits malins ,
Les p’ tits malins méfiance à l’éloquence
Les p’ tits malins ,
Les p’ tits malins déguisent les manigances
Les p’ tits malins ,
Les p’ tits malins abusent la confiance
Les p’ tits malins
Les p’ tits malins ne pense qu’à l’opulence
L'appât du gain, l'appât du gain

03/10/2016

CHEZ TOI parodie "Là-bas" Jean-Jacques GOLDMAN

Chez toi
Chez moi, y a pas d'allocation chômage
Si t'es pas content, tu dégages
Ici, je fais valoir mes droits
C'est pour ça que je viens chez toi !
 
Chez toi, on a pas besoin de courage
On arrive, dépose nos bagages
On nous donne ce que l'on a pas
Notre force, ce sont vos lois
C'est pour ça que je reste là !
 
Je perçois des pépettes pour mon élevage
Pour les études, le nourrissage
Donne nous ce que tu n'as pas
J'aime cet état !
 
On a rien du tout à faire
Vous avez l'art d'accueillir
On ne veut pas vous déplaire
On ne surtout pas partir
 
Ici, on a l'assurance
D'être nourrit et loger
On saisit cette providence
Qui serait bête de la renier !
 
Chez toi, on a une tonne d'avantages
Surtout ceux atteints de glandage
Faut dire qu'il n'y a plus d'emplois
On s'en tape, c'est mieux chez toi !
 
Si ma présence ne te plaît pas... Te plaît pas
Le plus gêné, on dit qu'il s'en va... S'en va
La faillite de ce pays, c'est pas moi... C'est pas moi
Et si la cause repose sur l'état... L'état
Je ne serais peut-être pas là... Non pas là
Si mon grand-père reposait chez moi... Chez moi
Même si je repartais là-bas... Oui là-bas
Est-ce que t'auras plus de choix ou pas ?... Le choix
Même si les keufs rôdent dans les parages... Les parages
Libre, je me sens davantage... Dommage
Faut qu'on soit la vermine, chaque fois... Chaque fois
On se relève, et puis l'on marche droit... Oui, droit
C'est pour ça que je reste là... Reste là
On ne peut que garder la foi... La foi
Je me sers une part chaque mois... Chaque mois
C'est pour ça que je resterais chez toi !...
Oui chez toi, oui chez toi, oui chez toi... 
 
 
Le 23/03/12 – P/

Là-bas - Jean-Jacques GOLDMAN 

03/11/2015

DEFICIENCE DU SAVOIR parodie "Les brunes comptent pas pour des prunes" LIO

 
Déficience du savoir
(Les brunes comptent pas pour des prunes) - Le 15/10/07 - P/18
Un comble : nos têtes se meurent dans cette école inféconde
Abonde toute la facilité aux moyens qui tronquent
Conjugaison nous encombre
Et l’expression s’éteint dans ces ombres
Théorèmes et calculs
S’acculent dans trop de lacunes !
 
La flemme : vient naître des commodités du système
Problème se creuse, lobotomie nettoie l’essentiel
Le GPS nous promène
Rapidité de l’esprit moderne(H)
Inocule des lacunes
Chacune effondre aptitudes !
 
Il faut de la lumière dans la matière(I) 
Cassant ce nouveau moule qui troue la ciboule(J)
L’expansion module, perturbe le monde, ses coutumes !
 
Convivialité au programme du PC(K)
Sur calculette, logique aux oubliettes
On court après quoi, nous pauvres lauréats
Trop vite, hélas !
 
Et même si succombent
Toutes nos valeurs sous des tonnes de micros ondes
Et tombent toutes les mentalités qui fondent ce monde
L’éducation nous incombe(L)
A ne confondre à ce qui nous comble(M)
Et quand bien même, stimule(N)
Exhume la leçon, l’étude…
 
Il faut de la lumière dans la matière
Cassant ce nouveau moule qui troue la ciboule
L’expansion module, perturbe le monde, ses coutumes ! 

03/07/2015

LE PRESTO parodie "Les restos du coeur" Les Enfoirés

Le presto 
Toi qui file en retard au creux du quotidien
Au boulot, au logis, ou pour prendre le train
Tu ne rattraperas pas les beaux jours trop fuyards
T’as juste le temps de faire un aller transitoire
 
A tout persécuté par l’âge du davantage(ER)
Les pressés sans repos, promus au surmenage
Etre champion partout, un précepte futuriste
Attention aux tempêtes des tensions conformistes
 
Aujourd’hui, on court à tout va pour avoir rien, pour devoir quoi
Et passer à côté de soi, dans l’urgence, tu vois, l’essence déchoit(58)(AY)
Toutes ces années, ce temps qui part sur un trajet aléatoire
Seront à jamais l’antérieur, mais le presto, presto fait fureur
Aujourd’hui, on court après quoi : un espoir, une histoire, une foi
 
Autrefois, l’on trouvait les jours interminables
Surtout, rengaine in comprimable
Aujourd’hui, savoir faire pour toutes sortes de choses
Et divers sont nos jours mais toujours dans le morose
 
Aujourd’hui, on court à tout va pour avoir rien, pour devoir quoi
Dépasser ses moyens se doit, une tendance qui va qui passera
De ce progrès se vend l’espoir sur un reflet trop illusoire
Tu veux l’argent et puis le beurre, et le presto, presto fait fureur
Aujourd’hui, on court après quoi : la victoire, l’accessoire, le choix
 
Tu n’es pas en avance, te dépêches de partir
Mais trop courir efface l’enjeu simple de vivre
Tu dépasses les autres, il y en a qui sont loin
Mais lequel gagnerait si revenait le « moins »(ES)
 
Tu n’as pas l’impression d’excéder tes envies
Tu ne vois plus passer toutes ces heures qui s’enfuient
Y a tant de choses à faire, trop mais tant secondaire
Tu te traces une vie sans répit, c'est le prix
Le 24/05/08 – P/51
Les restos du coeur – Les Enfoirés 

15/05/2015

IL INSISTE parodie "Infinity" Guru Josh Project

 
Il insiste
Relaxe, prends ton temps
 
Le facteur sonne, j'ai un colis
Je n'ouvre pas
Et il insiste, et il insiste, et il insiste...
 
Le facteur sonne, j'ai un colis
Je n'ouvre pas
Et il insiste, et il insiste, et il insiste...
 
J'ai pas de clés, je les ai perdu
Je suis renfermée
Où est-ce que je les ai mise ?
 
Relaxe, prends ton temps
 
Le facteur sonne, j'ai un colis
Je n'ouvre pas
Et il insiste, et il insiste, et il insiste...
 
Il n'entend pas ce que je lui dis
Etes-vous ici ?
Et il insiste, et il insiste, et il insiste...
  
Relaxe, prends ton temps 
Relaxe, prends ton temps 
 
Le facteur sonne, j'ai un colis
Je n'ouvre pas
Et il insiste, et il insiste, et il insiste...
 
Il n'entend pas ce que je lui dis
Etes-vous ici ?
Et il insiste, et il insiste, et il insiste...
Le 14/01/10– P/
Guru Josh Project – Infinity