13/01/2016

ROMANCE parodie "Clémence" Johnny HALLYDAY

Romance 
Quel drôle de démon me transporte
Il aurait pouvoir d’attirer
Tout est dérisoire, peu m’importe
Dans l’état extrême d’aimer
 
Poison dans un vers de dandy(CB)
Tronque tout l’amour ingéré
Je ne peux plus rien distinguer
Seule sa présence peut me sauver
 
Romance, romance, me noie dans l’amour effréné
Romance, romance, la passion brûle mes facultés
 
Comme une drogue qui comble dégâts
Pour s’alléger d’un peu de poids
Ne peux me passer de sa voix
De l’emprise quand m’entoure ses bras
 
Danse sur des refrains endiablés
Fusion des êtres enflammés
Soumis aux instincts aimantés
Explose la fin à satiété(CC)
 
Romance, romance
En proie d’un amour effréné
Romance, romance
La chanson m’avait envoûté
 
Quand l’amour enchaîne les pas
S’invalide l’esprit dans l’absence
Quand l’amour génère la souffrance
Quand c’est foutu, prendre le large
 
Si vient renaître ce démon
Sous le feu des passions
Je serais le maître, plus le pion, plus le pion
 
Romance, romance, jamais je n’aurais dû t’écouter
Romance, romance, l’illusion laisse des regrets 

Le 25/02/08 – P/87                                        Clémence – Johnny HALLYDAY

30/11/2015

RECETTE parodie "Toute première fois" Jeanne MAS

Recette 
Ah ! Une goutte d’été Dans un bouquet                                                     
Mélange saveurs veloutées                                     
Ah ! Une fois de trop, l’accord est faux                                                     
Dans ces promesses de duo                                     
Met dans ton vin, un peu d’eau                             
Pimente la routine fade 
Sur fond de désirs à l’aubade
Une noix de partage                                                
Une faim générée d’idées       
 
Goûte et sers-toi                                          
Re-goûte, ressers-toi……      
 
Ah ! Crème de baisers, complicité                                                           
Dans un dessert de projets                                      
Ah ! Peu de silence, jauge présence                         
Dans une touche de prévenance  
Un émincé de confiance                                         
Respect nappé de tendresse,                                                            
De charme, d’allégresse(24)
S’attache sans être l’otage
Et délecte l’humour dans ce plat                           
 
Goûte, ressers-toi                                         
Re-goûte, ressers-toi…   
Gastronome, un jour, tu deviendras(25) 
le 28/08/07 – P/84
Toute première fois  - Jeanne MAS

24/09/2015

PANSE TOI parodie "Pense à moi" Johnny HALLYDAY

Panse toi 
Il donnerai son âme à l’instant qu’elle le verrait
Déclarerait sa flamme aux regards qu’ils s’échangeraient
Envoûté par cette femme, il souffre seul en secret
Gisent sous ce mélodrame ses entrailles gorgées de plaies
 
Il voudrait cette femme dans son lit, voir ses charmes
Déraisonne car cet amour l’écharne
Et qu’il sait qu’il n’y a aucun espoir de l’avoir
 
Panse toi quand ton cœur est sécheresse
Flanche pas quand tes gestes transgressent
Panse toi quand sombre ta sagesse
Flanche pas au moment ou tu prends de l’hardiesse
 
Flanche pas quand ses mots sont tendresse
Panse toi, prend force de ta faiblesse
Flanche pas sur ce corps de déesse
Panse toi, flanche pas, rien ne va, pense à toi
  
Un autre homme dans son cœur, un amour fidélisé
C’est une fille d’honneur enduite de moralité
Ne laissent les flatteurs prendre d’assaut son âme blasée
Elle s’épanouie ailleurs, tes ardeurs ne font effet
Elle a son bonheur, son cœur déjà occupé
Même si tes fleurs lui font plaisir, elle ne cède
Et tant pis s’il n’y a aucun espoir de l’avoir..
 
Panse toi si tu vas à confesse
Panse toi si t’infeste détresse
Panse toi si cette bombe te blesse
Panse toi s’abandonnant au temps qui fait l’ reste
 
Pense à toi aux râteaux que t’encaisses
Panse toi, te cabossent maladresse
Pense pas que ton amour l’intéresse
Pense à toi, panse toi, rien ne va,flanche pas
 Le 28/09/08 – P/72
Pense à moi – Johnny HALLYDAY 

15/03/2015

PLACE DE L'ETOILE parodie "Rue des étoiles" Grégoire

Place de l’Etoile
Allo ! là, j’ai raté le bus
Il était plein de gugusses
Et c’était le dernier, bien-sûr  
Je suis prise d’une amertume
Y a trop longtemps que tu m’allumes
Je peux plus attendre, c’est trop dur !
 
Les gens de la ville me dépassent
Je sens que je n’ai pas ma place
Dans cette multitude d’androïdes 
Je reste seule sur le trottoir
Ne sachant pas où est la gare
J’ai peur et je me sens stupide 
 
Je retourne dans l’Indre
Si les grèves veulent s’éteindre !
 
Je n’irai pas, place de l’Etoile
Je reprends le chemin à l’envers
Je voulais connaître l’homme de la toile
Je voulais voir de quoi t’as l’air
 
Je n’irai pas, place de l’Etoile
J’essaie de trouver un repère
Elle s’est perdue, la provinciale
Je compte tous les réverbères
 
Ca et là……Là ou là !
 
Je n’ai pas pris les bonnes chaussures
Je me mets en quête d’une voiture
Je veux sortir de ce casse-tête 
Je ne fais pas un pas de plus
Je tourne en rond depuis des lustres
Là, j’attends qu’un taxi s’arrête !
  
Je sais, ça ressemble à une farce
Ça et là gravitent mes traces
Je ne suis pas douée, ça me débecte  
Je suis sous la pluie, je me les pèle
Dans l’infini de ces ruelles
Je reviendrai au prochain siècle !
 
Pourtant, tout est grandiose
La ville en overdose ! Et…..
 
Je n’irai pas, place de l’Etoile
Je suis au bord de la crise de nerfs
Les passants ont un air glacial
On est pourtant pas en hiver
 
Je n’irai pas, place de l’Etoile
Je suis perdue, ça m’exaspère
Comme une abeille dans un bocal
Je suis comme une prisonnière
Ca et là.....Là ou là