27/02/2016

RETIENS LE DRAME parodie "Rien qu'une larme" Mike BRANT

Retiens le drame
Rien qu’une larme – (Le 14/11/07 - P/85)
Retiens le drame en ces lieux
Dans ces cours où pleurent décombres
Sens les esprits loin de chez eux
Nus dans ces couloirs odieux
  
Et tout s’éteint dans le froid
Où nul n’y a échappé
Que de monstres, que de lâches
S’arment de perversité
  
Retiens le drame en ces lieux
L’inhumain se concrétise
Une marchandise de malheureux
Dans ces trains où pleure l’adieu
  
Les apôtres de ce roi
Dans les tours ont surveillé
Ont conclu le pire contrat
Trop de glas ont fait sonner
  
Retiens le drame en ces lieux
Dans ces camps de honte humaine
Dans les arènes de l’empire
N’a que l’espoir de mourir
  
Combien de larmes dans leurs yeux
De bravoure dans leurs ombres
Retiens le drame de ces lieux
Pour devoir se reconstruire
Retiens le drame de ces lieux
L’effrayant devient obscène

23/12/2015

ET ELLE SE SENT BIEN parodie "Et l'on y peut rien" Jean-Jacques GOLDMAN

Et elle se sent bien !  Le 09/08/07 – P/26
Zone intime entre l’autre et l’un(D)
Invincible, s’impose ce lien
A se méprendre inconsciemment
L’aime comme une môme insouciante !
 
Si tous les Dieux tremblent, Sa déesse l’étreint
Elle l’enrégimente aux creux de ses reins ! 
Elle n’est son esclave, ses jeux sont les siens
Le reître devient sage et elle se sent bien !
 
Cet arriviste ôte son armure
Ce bonheur est plutôt mal placé
Au sinistre temps des tortures
C’est l’instant doux mais insensé
 
Elle danse, fait la fête                     
Ne se soucie de rien                         
Elle suit les préceptes                       
N’a peur de rien ! 
Elle ne cherche le passé
D’un présent malsain
Etrange rapport
Mais elle se sent bien !
 
En orbite, sa raison resta                
Comme elle y croit, elle offre son âme       
Mais, jamais ne sera sa dame                                
Jamais plus, elle ne vieillira
 
Tendresse candide, c'est encore une enfant                              
Leurs vies sont avides entourées de sang 
Et il choisit le jour, elle sera là demain                                                 
Ainsi leur amour à jamais pris fin                           
 
                                  Et l’on y peut rien – Jean-Jacques GOLDMAN

05/11/2015

GRANDIR SANS ELLE parodie "Pour te dire je t'aime" DALIDA

Grandir sans elle 

Aucune chanson, aucune leçon
Aucun sermon de cette femme, je n’entends
Aucun souvenir, qu’un avenir
A se construire dans cette faute m’incriminant
  
Je veux savoir toute son histoire
Cet enthousiasme qu’elle portera neuf mois durant
Devoir paraître, un cœur s’arrête
Je devais éblouir les visages des parents
  
Mais grandir sans elle, dès l’instant…
Elle était condamnée enfantant
Pour grandir sans elle, en l’aimant
Je rêvais sa venue près de moi souvent
  
Restent séquelles, plus de repères
Il se rappelle toutes les joies d’auparavant
Se disputer le grand projet
De l’éducation du petit chou la remplaçant
  
Aucun message, aucun pansage
Juste un visage dans ce cadre près du divan
La joie de vivre de son sourire
A pu me faire sentir l’amour qu’elle représente
  
Mais grandir sans celle qui me manque
Me rendais coupable de son absence
Pour grandir sans elle, à présent
Je garde l’espoir d’une possible présence
  
Mais grandir sans elle, sans maman
Devait-elle me laisser aux vivants
Et grandir sans elle, j’ai le cran
Je sentais l’amour de ceux qui firent serments
 Le 24/10/07 – P/32
Pour te dire je t’aime – Dalida

26/09/2015

SOUS LA DOULEUR parodie "Vivre pour le meilleur" Johnny HALLYDAY

Sous la douleur 
Quand la recherche ne peut y faire à peine en vie
Quand les recours et les secours n’ont que failli 
L’état relève de ces Dieux, que d’un miracle
Pourquoi la chair de ma chair déchoit déjà
 
Vivre sous la douleur et ne pouvoir y remédier
Résiste en vain pour ne compter qu’à rebours, qu’à rebours
 
Qu’on donne le fond de la mission(BB) à l’ange indigne
Se fanent les heures de l’innocent qui reste digne 
L’attachement que la mort entoure ne peut pour toi
Craignant que dorment pour toujours tes yeux de roi
 
Vivre sous le douleur, dans le noir d’une destinée
Je triche pour mieux te protéger mon amour, mon amour
 
Oui, vivre cette injustice, prier tout ce qu’on peut prier
J’implore les juges pour te revoir au détour d’un beau jour 
 
Vivre sous la douleur, le devoir de t’accompagner
Résiste en vain sur le trajet sans retour
 
Survivre, privé de lui, brisée parce qu’on est séparé
Soit fort mon amour, au revoir pour toujours, pour toujours
 Le 23/11/07 – P/92
Pour le meilleur – Johnny HALLIDAY

30/12/2014

LE CHEMIN SANS HORIZON parodie "La vie par procuration" Jean-Jacques GOLDMAN

Le chemin sans horizon
Quitter ce chemin sans horizon
Pour éviter les cahots des passions
Elle vit au prix de son ambition
Mais ne supporte plus les commotions
 
Quitter ce soleil
Et se faire belle
Elle dévie la poisse
Armée d’une audace
Et vogue galère(X)
Toujours solitaire
Y-aura la lumière
En point de repère(Z)
 
Mais dans sa conquête
Essuie des tempêtes
Pourtant se noiera
Au fond de cette voie
Un être adulé
Mais dans le brouillard
La rose s’est fanée
Au grand désespoir
 
L’accent fait sa classe
Pimente sa voix
Le nombre de fans
Ne la comblera
La diva se donne
Se bute à ses choix
S’enchaîne aux fantômes
Se crève à la gloire
  
Quitter le chemin sans horizon
Pour éviter les cahots des passions
Elle vit au prix de son ambition
Mais ne supporte plus les commotions
Ses amants la laisse dans ce dédale
Elle vit sans l’autre qui se damne
Mais tristement le destin en spirale
Elle ne verra que soluté finale
Quitter le chemin sans horizon
Pour éviter les cahots des passions
 
L’emmène le chagrin
Aux fond des eaux troubles
Un vent incertain(AA)
Cambriole sa couche(AB)
Sournois et secrets
Des symptômes cachés
N’y aura secours
L’exil sans retour
 
Ses rêves dérivent
Au large stérile
Elle quitte le navire
La houle est pénible
L’esprit en naufrage
Prend l’eau le moral
Bilan de mystère
Passe la frontière
 
Quitter le chemin sans horizon
Pour éviter les cahots des passions
Elle vit dans l’esprit de confusions
Elle ouvre une porte et se prend une option
Ses amants la laisse dans ce dédale
Elle vit sans l’autre qui se damne
Mais tristement le destin en spirale
Elle ne verra qu’une solution finale
Quitter le chemin sans horizon
Pour éviter les cahots des passions
Le 22/10/07 – P/47
La vie par procuration – J. Jacques GOLDMAN