27/02/2016

RETIENS LE DRAME parodie "Rien qu'une larme" Mike BRANT

Retiens le drame
Rien qu’une larme – (Le 14/11/07 - P/85)
Retiens le drame en ces lieux
Dans ces cours où pleurent décombres
Sens les esprits loin de chez eux
Nus dans ces couloirs odieux
  
Et tout s’éteint dans le froid
Où nul n’y a échappé
Que de monstres, que de lâches
S’arment de perversité
  
Retiens le drame en ces lieux
L’inhumain se concrétise
Une marchandise de malheureux
Dans ces trains où pleure l’adieu
  
Les apôtres de ce roi
Dans les tours ont surveillé
Ont conclu le pire contrat
Trop de glas ont fait sonner
  
Retiens le drame en ces lieux
Dans ces camps de honte humaine
Dans les arènes de l’empire
N’a que l’espoir de mourir
  
Combien de larmes dans leurs yeux
De bravoure dans leurs ombres
Retiens le drame de ces lieux
Pour devoir se reconstruire
Retiens le drame de ces lieux
L’effrayant devient obscène

23/12/2015

ET ELLE SE SENT BIEN parodie "Et l'on y peut rien" Jean-Jacques GOLDMAN

Et elle se sent bien !  Le 09/08/07 – P/26
Zone intime entre l’autre et l’un(D)
Invincible, s’impose ce lien
A se méprendre inconsciemment
L’aime comme une môme insouciante !
 
Si tous les Dieux tremblent, Sa déesse l’étreint
Elle l’enrégimente aux creux de ses reins ! 
Elle n’est son esclave, ses jeux sont les siens
Le reître devient sage et elle se sent bien !
 
Cet arriviste ôte son armure
Ce bonheur est plutôt mal placé
Au sinistre temps des tortures
C’est l’instant doux mais insensé
 
Elle danse, fait la fête                     
Ne se soucie de rien                         
Elle suit les préceptes                       
N’a peur de rien ! 
Elle ne cherche le passé
D’un présent malsain
Etrange rapport
Mais elle se sent bien !
 
En orbite, sa raison resta                
Comme elle y croit, elle offre son âme       
Mais, jamais ne sera sa dame                                
Jamais plus, elle ne vieillira
 
Tendresse candide, c'est encore une enfant                              
Leurs vies sont avides entourées de sang 
Et il choisit le jour, elle sera là demain                                                 
Ainsi leur amour à jamais pris fin                           
 
                                  Et l’on y peut rien – Jean-Jacques GOLDMAN