22/07/2017

NAIT CECITE parodie "Apprendre à aimer" Johnny HALLYDAY

Naît cécité
Deviner sans cesse les paysages
Parce qu’il ne reste aucun autre moyen
L’imagination forge les visages
Dans tout ce noir éternel
Le regard n'est que l'instinct
 
Ne plus s’égarer près de cette âme(BV) 
Car rien ne vaut l’intense complicité
Former l’unité, contrer menaces
Prouver qu’à force d’y croire
L’échec ploie sous le succès !
 
Apprendre à toucher
Apprendre à tester
Les jours de la nuits
 
Apprendre à se fier
A ne plus douter
Des voies, des défis de la vie
 
Et développer les autres sens
Trouver la force pour un digne chemin
S’obliger dès lors à mieux entendre
Et devenir le maître à jamais de son destin
 
Sentir couleur, l’éclat des âmes
Quand ne plus revoir le dessin des traits
Toujours avancer au gré d’une canne
Et ressentir l’aventure
Quand l’obscure gère la pensée
 
Apprendre à tenter
Et à repérer
La place des bruits
 
Apprendre à défier
A ne plus compter
Sur l’aide des amis et d’autrui 
 
Décrire le tableau comme un repère
L’image d’une scène dans l’esprit débordant
S’inventer une vie dans la lumière
Pour que les étés revivent
Dans la glace de ce néant
 
Apprendre à s’aimer
A s’imaginer
Contours, coloris
 
Reprendre liberté
Et puis orienter
Parcours de l’esprit
 
Surprendre, affronter,
Apprendre à capter
Les risques de la vie
 
Apprendre à fouler
Pouvoir contourner
L’entrave sur la piste
 
Apprendre, s’adapter
Et s’approprier
L’espace inconquis  
Le 04/01/08 – P/70
  Apprendre à aimer – Johnny HALLYDAY

 

30/04/2016

LEURS VERITES parodie "Ma vérité" Johnny HALLYDAY

 

Leurs vérités

PAROLES "Ma vérité" J-Hallyday             PARODIE "Leurs vérités" P36

On me dit que la vie n’est rien On nous dit que la vie demain
Qu’un aller sans retour Va changer de parcours
On me dit que c’est pour mon bien On nous dit « votez citoyens »
Qu’il faut bien s’arrêter un jour Tout un lot d’hommes rusés discourent
   
Je n’ai fait semblant de rien Ils ont un semblant de saint
Je me suis sali les mains Un esprit de comédien
Pour construire ma liberté Pour instruire leurs idées
Et pouvoir dire ma vérité Faire croire que le pire est passé
   
J’ai frôlé la mort Et l’on nous endort
Trouvé l’amour L’on nous envoûte
Rien ne peut plus rien m’arriver Perdu dans leurs vérités
J’ai trouvé la force des premiers jours Ils ont la riposte qui déroute
Je n’ai plus rien à prouver Se donnent les moyens de gagner
Tout peut s’oublier Fourbes et subtilités
Mais pas la liberté Dessous leurs vérités
   
On me dit que la vie n’est rien On nous dit « chers concitoyens »
Ne vaut pas le détour Fléaux qui nous entourent
Qu’il n’y a pas de place ici Dépassent tous les autres partis
Pour tous les forçats de l’amour Que ce candidat a recours
   
Je n’ai fait semblant de rien Ils ont l’ascendant malsain
Je me suis sali les mains Nous sommes de minimes crétins
Pour construire ma liberté Un navire prêt à couler
Et pouvoir dire ma vérité N’a d’espoir d’être sauver
   
J’ai frôlé la mort L’on promet encore
Trouvé l’amour Concret s’ajourne
Rien ne peut plus rien m’arriver Pleins de convenus dérivés
J’ai trouvé la force des premiers jours Ils ont le best of des vraies magouilles
Je n’ai plus rien à prouver Et tendent plein de collets
Tout peut s’oublier Avec habilité
Mais pas la liberté Sur toutes leurs vérités !
   
Tout peut s'oublier Tout pour nous tromper
Mais pas la liberté Tout pour nous spolier
Tout peut s'oublier Avec leurs vérités
Mais pas la liberté Avec leurs vérités
   
On me dit que la vie n’est rien On nous dit qu’il faut se restreindre
Qu’un aller sans retour Et se porter secours
On me dit que c’est pour mon bien On nous dit que c’est pour notre bien
Qu’il faut bien s’arrêter un jour Qu’il faut tout donner aux vautours
   
Je n’ai fait semblant de rien L’on entend ce même refrain
Je me suis sali les mains D’ la répartie au scrutin
Pour construire ma liberté Reconduire les abcès
Et pouvoir dire ma vérité Le pouvoir biffe les promesses
   
J’ai frôlé la mort L’on soumet l’effort
Trouvé l’amour Que l’on détourne
Rien ne peut plus rien m’arriver Pour un peu plus d’intérêt
J’ai trouvé la force des premiers jours Il n’y a de despote dans ce grand souk
Je n’ai plus rien à prouver Que des bourses subtilisées
Tout peut s’oublier Tout peut s’acheter
Mais pas la liberté Surtout leurs vérités

13/01/2016

ROMANCE parodie "Clémence" Johnny HALLYDAY

Romance 
Quel drôle de démon me transporte
Il aurait pouvoir d’attirer
Tout est dérisoire, peu m’importe
Dans l’état extrême d’aimer
 
Poison dans un vers de dandy(CB)
Tronque tout l’amour ingéré
Je ne peux plus rien distinguer
Seule sa présence peut me sauver
 
Romance, romance, me noie dans l’amour effréné
Romance, romance, la passion brûle mes facultés
 
Comme une drogue qui comble dégâts
Pour s’alléger d’un peu de poids
Ne peux me passer de sa voix
De l’emprise quand m’entoure ses bras
 
Danse sur des refrains endiablés
Fusion des êtres enflammés
Soumis aux instincts aimantés
Explose la fin à satiété(CC)
 
Romance, romance
En proie d’un amour effréné
Romance, romance
La chanson m’avait envoûté
 
Quand l’amour enchaîne les pas
S’invalide l’esprit dans l’absence
Quand l’amour génère la souffrance
Quand c’est foutu, prendre le large
 
Si vient renaître ce démon
Sous le feu des passions
Je serais le maître, plus le pion, plus le pion
 
Romance, romance, jamais je n’aurais dû t’écouter
Romance, romance, l’illusion laisse des regrets 

Le 25/02/08 – P/87                                        Clémence – Johnny HALLYDAY

03/12/2015

CEUX QUI NE SUIVENT PAS ONT TOUJOURS TORT parodie "Ce qui ne tue pas nous rend plus fort" Johnny HALLYDAY

Ceux qui ne suivent pas ont toujours tort
Johnny HALLYDAY - Ce qui ne tue pas nous rend plus fort Le 01/02/08
Un parcours fléché nous rassure
Dans les détours, l’on se perd
La société règle l'allure(BZ)
C’est un trafic de marionnettes
 
On est souvent pressé d'efforts(CA)
Que les compteurs soient en accord
Coupez les vapeurs de l’essor
Ceux qui n’ suivent pas ont toujours tort
 
Un parcours borné de décrets
Le marginal reste en retrait(53)
Ne prenant le même trajet
Devient déserteur délaissé
 
Quand va devant l’attrait de l’or
On passe à côté de trésors
Redouble valeur du confort
Imbu de soit dans ce décor
 
Souvent écrasé de remords
Quand le chauffeur est au point mort
La route des mœurs est incolore
L’individu formate rapports
 
On est souvent pressé d’efforts
Que les compteurs soient en accord
Coupez les vapeurs de l’essor
Ceux qui n’ suivent pas ont toujours tort 

13/11/2015

LE PRET parodie "La paix" Johnny HALLYDAY

Le prêt
Combien désire le meilleure
Combien s’habillent à bas prix
Combien coûte la minceur
Combien veulent changer de vie
Combien se vend un été(CQ)
Combien coûte le menu(CR)
Combien pour ce grand chalet
Combien de mois, cette voiture(CS)
 
Qu’on me chiffre le prêt, qu’on me chiffre le prêt
Qu’on me chiffre le prêt, enfin
Qu’on me chiffre le prêt, qu’on me chiffre le prêt
Qu’on me chiffre le prêt, enfin
 
Combien faut-il de dollars
Pour faire un beau postérieure
Combien pour être peinard
Dans l’envie de la hauteur(CT)
Combien pour un autre temps
Combien d’ pièces pour un bonheur(CU)
Combien d’écoles pour faire sans(CV)
Où s’accorder la valeur(CW)
 
Qu’on me chiffre le prêt, qu’on me chiffre le prêt
Qu’on me chiffre le prêt, enfin
Qu’on me chiffre le prêt, qu’on me chiffre le prêt
Qu’on me chiffre le prêt, enfin
Jusqu’à plus rien…….je l’aurais
 
                     Refait le 12/12/08 – P/52                                                La paix – Johnny HALLYDAY

09/11/2015

LE BERRY parodie "L'intinct" Johnny HALLYDAY

Le Berry 
Au loin, pas de montagnes, ni de mer
Des labours, des bois, des rivières
Pas d’avenir dans cette région
On bouffe les mots dans notre jargon
 
Chez moi, c’est pas le paradis
Mais c’est là que sont mes amis
Cet endroit est au milieu
Et c’est là que j’ suis le mieux
Chez moi, c’est ce bout de Berry
Près de ma famille
 
On dit qu’ c’est le trou du cul de la France
Mais tout ça n’est que médisance
Comme les légendes de sorcellerie
Consolide mes racines dans le trente six
 
Chez moi, c’est pas le paradis
On n’est pas que des ahuris
Dans ce patelin, on est heureux
Chez moi, c’est au creux du Berry
Au creux du Berry
 
J’aime son patois, ses essences
Ses champs ont bercé mon enfance
 
Chez moi, c’est pas l’ paradis
Mais c’est là que je fais ma vie
J’ai la joie d’être au milieu
Et c’est là que je suis le mieux
Chez moi, c’est ce coin de Berry
Où je m’épanouie
 
Chez moi, c’est pas le paradis
Mais c’est là que sont mes amis
Cet endroit est au milieu
Et c’est là que je suis le mieux
Chez moi, c’est ce bout de Berry
Près de ma famille 
Le 21/10/08 – P/46                                         L’instinct – Johnny HALLYDAY

13/10/2015

PRETENTIONS parodie "Le pénitencier" Johnny HALLYDAY

Prétentions
Qu’il sorte son pénis entier
Plutôt que de s’en vanter
Mais hélas, l’organe apparaît transi
Le pauvre dard se liquéfie
Les gars sont si fiers des effets
Que donnent leur matériel
Tendu, parfaite virilité
Ce n’est simple bagatelle
L’appareil sous un caoutchouc
D’interdits, conditionné
Ainsi, se pare cet attribut
Retient le risque du jet
 
L’affaire s’écourtera
Rabaissez alors vos prétentions
Seuls conquis, comblés de bévues
Messieurs, remontez vos pantalons
Vos brindilles nous font marrer
Les faits s’avèrent, pleurez
Mesdames, démontez leur vanité
Machos prennent déculottée
Qu’il sorte son pénis entier
Plutôt que de s’en vanter
Mais hélas, le membre apparaît transi
Le pauvre dard se liquéfie
                                                                         Le 11/09/08 – P/80   Le pénitencier – Johnny HALLYDAY