02/11/2015

AU MINISTERE Parodie "Encore un autre hiver" Les Enfoirés


Au ministère
Encore un autre hiver
Au chaud au Ministère
On a les meilleures places
Que veux tu que l'on y fasse !
 
Dehors, c'est la détresse
Nous, on passe à la caisse
On a de belles bagnoles
On vous laisse quelques babioles
 
On aime les beaux discours
Les diamants, le velours
 
Encore une réception
Grâce à votre pognon
Nos assiettes vous dérangent
Mais il faut bien que l'on mange
 
Encore une distance
De carence à outrance
Pourtant y a plus de couronne
Toujours de pauvres personnes
 
On aime ce qui est rare
Le beau, on en a le pouvoir
 
Dans nos jolis habits, on revêt l'assurance
Et l'on en fait des tonnes pour vous mettre en confiance
Il faut que tu te prives pour gonfler nos finances
Il était une fois, un régime en vacances !
 
Encore une bonne affaire
Rentable au ministère
On vit dans de grands palaces
Car on a besoin d'espace 
 
Encore toute une histoire
Pour si peu d'accessoires
Vos états d'âmes, on s'en moque
Dans ce monde, rien ne nous choque
 
Encore un patachon
Qui saisit l'occasion
Qui profite du confort
Car il déteste les efforts
 
S'endormant sur des rapports
Attendant tous vos apports
Pour préserver nos sorts
Conserver nos trésors
Il nous en faut encore
On vous laisse à vos sorts
 
Sur ça, on est d'accord
D'accord, d'accord, d'accord 
 
Le 13/04/12 – Encore un autre hiver - Les enfoirés

03/07/2015

LE PRESTO parodie "Les restos du coeur" Les Enfoirés

Le presto 
Toi qui file en retard au creux du quotidien
Au boulot, au logis, ou pour prendre le train
Tu ne rattraperas pas les beaux jours trop fuyards
T’as juste le temps de faire un aller transitoire
 
A tout persécuté par l’âge du davantage(ER)
Les pressés sans repos, promus au surmenage
Etre champion partout, un précepte futuriste
Attention aux tempêtes des tensions conformistes
 
Aujourd’hui, on court à tout va pour avoir rien, pour devoir quoi
Et passer à côté de soi, dans l’urgence, tu vois, l’essence déchoit(58)(AY)
Toutes ces années, ce temps qui part sur un trajet aléatoire
Seront à jamais l’antérieur, mais le presto, presto fait fureur
Aujourd’hui, on court après quoi : un espoir, une histoire, une foi
 
Autrefois, l’on trouvait les jours interminables
Surtout, rengaine in comprimable
Aujourd’hui, savoir faire pour toutes sortes de choses
Et divers sont nos jours mais toujours dans le morose
 
Aujourd’hui, on court à tout va pour avoir rien, pour devoir quoi
Dépasser ses moyens se doit, une tendance qui va qui passera
De ce progrès se vend l’espoir sur un reflet trop illusoire
Tu veux l’argent et puis le beurre, et le presto, presto fait fureur
Aujourd’hui, on court après quoi : la victoire, l’accessoire, le choix
 
Tu n’es pas en avance, te dépêches de partir
Mais trop courir efface l’enjeu simple de vivre
Tu dépasses les autres, il y en a qui sont loin
Mais lequel gagnerait si revenait le « moins »(ES)
 
Tu n’as pas l’impression d’excéder tes envies
Tu ne vois plus passer toutes ces heures qui s’enfuient
Y a tant de choses à faire, trop mais tant secondaire
Tu te traces une vie sans répit, c'est le prix
Le 24/05/08 – P/51
Les restos du coeur – Les Enfoirés