30/10/2014

BEETHOVEN parodie "Beethoven" Michel SARDOU

 
Beethoven (Beethoven) Le 05/10/08 - P/7
Se prélasse à l’ombre 
Chemin d’hécatombes
Le pire mammifère
Aux essences primaires
Sème les turbulences
Ignore conséquences
Ses jeux maladroits
Répandent fatras
Pense qu’à se distraire
Ses griffes lacèrent
Dénie et aboie
Puis recommencera
 
Le monde est lourd
Comme Beethoven
Lourd et balourd
Souvent sans gêne
Il fait le poids
Sur les fredaines
Malin parfois
Ce spécimen
 
Auteur de l’impair
Il tape sur les nerfs
Nuisible tendance
Au seuil d’impuissances
Il ronge muselière
Défend peu son aire(EU)
Il détruit souvent
Consomme, son passe-temps(EV)
 
Le monde est lourd
Comme Beethoven
Lourd et balourd
Souvent sans gêne
Et les conneries
Il les enchaîne
Ce malappris
Qu’on aime quand même
 
Les récompenses qu’il aime tant
Qualifie qu’il est grand
Le monde dans ses infinis problèmes
 
Le monde est lourd
Comme Beethoven
Lourd et balourd
Souvent sans gêne
Il fait le poids
Sur les fredaines
Malin parfois
Ce spécimen 

DEMARCHE VEULE parodie "Je marche seul" Jean-Jacques GOLDMAN

Démarche veule 
Comme un fléau de vivre
Sans but et sans mobile
Démarches difficiles(O)
Aveugle dans l’asile
 
Du vice, me protège
Le démonte en stratèges
Je ne triche, tu vois
Moi, je végète en coma
 
Et j’ m’en fous, j’ m’en fous de tout
De ces peines qui fendent nos jours
Je fuis, j’oublie
L’atroce et la misère me déprime
 
Démarche veule(P) 
A la vue des maldonnes(Q)
Que les Dieux me pardonnent
Démarche veule
En oubliant l’horreur(36)
Démarches veules
Et d’instinct, j’abandonne
L’embarras m’ désarçonne
Les lâches veulent
La pudeur des peurs…
 
Se farder de sourires
Quand bride le système
Omettre l’injustice
Juste parce qu’elle m’ gêne
 
Me mine tous ces crimes
Quand pleurent ces victimes
Passive, je me déçois
Car je rejette le combat 
 
Et j’ m’en fous, j’ m’en fous de tout
Des ces chaînes qui pendent à nos cous
J’évite, je prie
Je déporte les problèmes, je dévie(37)
 
Démarche veule
A la vue de maldonnes
L’atonie me consomme
Démarche veule
L’indolence me leurre
Démarche veule
Les malins me désolent
L’amorale m’étiole
Les lâches veulent
L’honneur des pudeurs…
 
Démarche veule
Quand l’esprit de ces hommes
En dérive, s’abandonne
Démarche veule
Pour espérer meilleur
 
Démarche veule
Au la vue de maldonnes
Les conflits me désolent
Démarche veule
En fuyant toutes mes peurs
Démarche veule
Le chemin se déforme
L’immorale se forme
Les lâches veulent
L’honneur des fugueurs… 
Le 18/10/07 – P/20          Je marche seul – Jean-Jacques GOLDMAN

Démarche veule

Auteur : Paradoxale 36

Parodie de "Je marche seul" de Jean-Jacques Goldman

 PAROLES                                            PARODIE

Comme un bateau dérive Comme un fléau de vivre
Sans but et sans mobile Sans but et sans mobile
Je marche dans la ville Démarches difficiles
Tout seul et anonyme Aveugle dans l’asile
   
La ville et ses pièges Du vice, me protège
Ce sont mes privilèges Le démonte en stratèges
Je suis riche de ça Je ne triche, tu vois
Mais ça ne s’achète pas Moi, je végète en coma
   
Et j’ m’en fous, j’ m’en fous de tout Et j’ m’en fous, j’ m’en fous de tout
De ces chaînes qui pendent à nos cous De ces peines qui fendent nos jours
J’ m’enfuis, j’oublie Je fuis, j’oublie
Je m’offre une parenthèse, un sursis L’atroce et la misère me déprime
   
Je marche seul Démarche veule
Dans les rues qui se donnent A la vue des maldonnes
Et la nuit me pardonne Que les Dieux me pardonnent
Je marche seul Démarche veule
En oubliant les heures En oubliant l’horreur
Je marche seul Démarches veules
Sans témoin, sans personne Et d’instinct, j’abandonne
Que mes pas qui résonnent, L’embarras m’ désarçonne
Je marche seul Les lâches veulent
Acteur ou voyeur.. La pudeur des peurs…
   
Se rencontrer, séduire Se farder de sourires
Quand la nuit fait des siennes Quand bride le système
Promettre sans le dire Omettre l’injustice
Juste des yeux qui traînent Juste parce qu’elle m’ gêne
   
Oh, quand la vie s’obstine Me mine tous ces crimes
En ces heures assassines Quand pleurent ces victimes
Je suis riche de ça Passive, je me déçois
Mais ça ne s’achète pas Car je rejette le combat
   
Et j’ m’en fous, j’ m’en fous de tout Et j’ m’en fous, j’ m’en fous de tout
De ces chaînes qui pendent à nos cous Des ces chaînes qui pendent à nos cous
J’ m’enfuis, j’oublie J’évite, je prie
Je m’offre une parenthèse, un sursis Je déporte les problèmes, je dévie
   
Je marche seul Démarche veule
Dans les rues qui se donnent A la vue de maldonnes
Et la nuit me pardonne L’atonie me consomme
Je marche seul Démarche veule
En oubliant les heures L’indolence me leurre
Je marche seul Démarche veule
Sans témoin, sans personne Les malins me désolent
Que mes pas qui résonnent, L’amorale m’étiole
Je marche seul Les lâches veulent
Acteur ou voyeur.. L’honneur des pudeurs…
   
Je marche seul Démarche veule
Quand ma vie déraisonne Quand l’esprit de ces hommes
Quand l’envie m’abandonne En dérive, s’abandonne
Je marche seul Démarche veule
Pour me noyer d’ailleurs Pour espérer meilleur
Je marche seul Démarche veule
   
Je marche seul Démarche veule
Dans les rues qui se donnent Au la vue de maldonnes
Et la nuit me pardonne Les conflits me désolent
Je marche seul Démarche veule
En oubliant les heures En fuyant toutes mes peurs
Je marche seul Démarche veule
Sans témoin, sans personne Le chemin se déforme
Que mes pas qui résonnent, L’immorale se forme
Je marche seul Les lâches veulent
Acteur ou voyeur L’honneur des fugueurs…