03/11/2015

LE TELEPHONE BUGGE parodie "Le téléphone pleure" Claude FRANCOIS

Le téléphone bugge 

Ecoute ce que dit Nabilla
C'est des plus intéressants quand une brune parle
 
Nabilla : Allô ! J' sais pas, vous m' recevez ?
T'es une fille, t'as pas de shampoing !
C'est comme si j' te dis « t'es une fille, t'as pas d' cheveux » !
 
J' te dis : Y a embrouilles,
C'est forcément cette fripouille
De Jacquouille !
 
Nabilla : Allô ! J' sais pas, vous m' recevez ?
T'es une fille, t'as pas de shampoing !
C'est comme si j' te dis « t'es une fille, t'as pas d' cheveux » !
 
Raconte-moi, à ce dîner de cons
Y a juste une nouvelle poire prénommée Pignon !
 
Nabilla : Allô ! J' sais pas, vous m' recevez ?
T'es une fille, t'as pas de shampoing !
C'est comme si j' te dis « t'es une fille, t'as pas d' cheveux » !
 
Oh ! C'est dit, ça s'étale
Chez les adolescents
Se propage aux parents
 
Nabilla : Allô ! J' sais pas, vous m' recevez ?
T'es une fille, t'as pas de shampoing !
C'est comme si j' te dis « t'es une fille, t'as pas d' cheveux » !
 
Le téléphone bugge : Non mais allô quoi !
J' sais pas, vous m' recevez
Chercher l'erreur du récepteur
Le téléphone buzze : Non mais allô quoi !
J' te dis n'importe quoi, tu me reçois !
 
Nabilla : Allô ! J' sais pas, vous m' recevez ?
T'es une fille, t'as pas de shampoing !
C'est comme si j' te dis « t'es une fille, t'as pas d' cheveux » !
 
Seras-tu la nouvelle référence, le modèle d'un langage
Sur tout un battage !
 
Nabilla : Allô ! J' sais pas, vous m' recevez ?
T'es une fille, t'as pas de shampoing !
C'est comme si j' te dis « t'es une fille, t'as pas d' cheveux » !
 
Oh ! C'est comme si Pivert
N'était jamais tombé dans le chewing-gum vert !
 
Nabilla : Allô ! J' sais pas, vous m' recevez ?
T'es une fille, t'as pas de shampoing !
C'est comme si j' te dis « t'es une fille, t'as pas d' cheveux » !
 
Le téléphone bugge  quand parle Nabilla
Si t'as pas de shampoing, tu n'es plus rien
Surtout pas une fille
Le téléphone buzze : Non mais allô quoi !
J' te dis n'importe quoi, tu me reçois
 
Le 13/05/2013- P/
Le téléphone pleure – Claude FRANCOIS

30/12/2014

LE CHEMIN SANS HORIZON parodie "La vie par procuration" Jean-Jacques GOLDMAN

Le chemin sans horizon
Quitter ce chemin sans horizon
Pour éviter les cahots des passions
Elle vit au prix de son ambition
Mais ne supporte plus les commotions
 
Quitter ce soleil
Et se faire belle
Elle dévie la poisse
Armée d’une audace
Et vogue galère(X)
Toujours solitaire
Y-aura la lumière
En point de repère(Z)
 
Mais dans sa conquête
Essuie des tempêtes
Pourtant se noiera
Au fond de cette voie
Un être adulé
Mais dans le brouillard
La rose s’est fanée
Au grand désespoir
 
L’accent fait sa classe
Pimente sa voix
Le nombre de fans
Ne la comblera
La diva se donne
Se bute à ses choix
S’enchaîne aux fantômes
Se crève à la gloire
  
Quitter le chemin sans horizon
Pour éviter les cahots des passions
Elle vit au prix de son ambition
Mais ne supporte plus les commotions
Ses amants la laisse dans ce dédale
Elle vit sans l’autre qui se damne
Mais tristement le destin en spirale
Elle ne verra que soluté finale
Quitter le chemin sans horizon
Pour éviter les cahots des passions
 
L’emmène le chagrin
Aux fond des eaux troubles
Un vent incertain(AA)
Cambriole sa couche(AB)
Sournois et secrets
Des symptômes cachés
N’y aura secours
L’exil sans retour
 
Ses rêves dérivent
Au large stérile
Elle quitte le navire
La houle est pénible
L’esprit en naufrage
Prend l’eau le moral
Bilan de mystère
Passe la frontière
 
Quitter le chemin sans horizon
Pour éviter les cahots des passions
Elle vit dans l’esprit de confusions
Elle ouvre une porte et se prend une option
Ses amants la laisse dans ce dédale
Elle vit sans l’autre qui se damne
Mais tristement le destin en spirale
Elle ne verra qu’une solution finale
Quitter le chemin sans horizon
Pour éviter les cahots des passions
Le 22/10/07 – P/47
La vie par procuration – J. Jacques GOLDMAN