08/02/2017

LES PETITS MALINS parodie "Chaque matin" Yannick NOAH

Les Petits malins 
 (Chaque matin)Le 31/10/08 - P/58
 Des hommes déloyaux et malhonnêtes
 Du tact et du cran sont leurs armes
 Ils jouent du pipeau, font des courbettes
 Sur une ambition immorale
 Pourquoi voler c’ que les autres ont gagné
 Par les efforts de leur travail
 Cherchent ces flemmards, le gain aisé
 Des fourbes nés, de vrais canailles
 
Les p’ tits malins ,
Les p’ tits malins encensent avec aisance
Les p’ tits malins ,
Les p’ tits malins vivent de leurs manigances
Les p’ tits malins ,
Les p’ tits malins allient à la prestance
Les p’ tits malins ,
Les p’ tits malins un brin de prévenance
 
Ils ont l’apanage des girouettes
Atteints d’embrouilles incurables
Ils font du grisbi, leur conquête
Aux frais des âmes trop vulnérables
 
Sournois, ces acteurs aiment convoiter
Le beau, le cher, tout c’ qu’est royal
Félons noyés d’avidité
L’hypocrisie est viscérale
 
Les p’ tits malins ,
Les p’ tits malins méfiance à l’éloquence
Les p’ tits malins ,
Les p’ tits malins déguisent les manigances
Les p’ tits malins ,
Les p’ tits malins abusent la confiance
Les p’ tits malins
Les p’ tits malins ne pense qu’à l’opulence
L'appât du gain, l'appât du gain

03/05/2016

CAPABLE DE RIEN parodie "Aux arbres citoyens" Yannick NOAH

 
 
Solvables citoyens
(Aux arbres citoyens) Le 21/06/07 - P/82
Qu’autant deviennent sans-gène, redoutent et s’épargnent
Ne se donnent plus la peine dans ce qu’ils gagnent 
Et l’on chôme en spirale, illusoire repos
Presqu’un idéal qui sonne faux !
 
Destinée précaire s’empare de l’avenir en balance
Mais quelques débrouillards montent en impudence  
Les demandeurs de rôle se noient dans leurs diplômes
Ces rêveurs de carrière, sans arguments, se paument
 
Puisqu’il faut qu’on se repose, capable de rien
Au décourageant s’impose un monde de vauriens
 
Maussade quotidien sans qu’on sache se vendre
Le réveil reste éteint, la tâche peut attendre 
S’affranchir des doutes(1) dans l’armée de marauds
Tant de personnes dissoutes(2) aux cachets-placebos ! 
 
Les formulaires abondent, ton cas devient un chiffre
Tes projets se morfondent mais tu dois subvenir !
 
Puisqu’il faut qu’on se repose, pléiade de « bons à rien »
Car évidemment s’impose une bande de vauriens ! 
Puisqu’il faut qu’on se repose au stade malsain
Il est grand temps qu’on propose fonctions pour demain !
 
Important, le devoir évite les fautes
Amputé d’une chance, ta vie se fond aux autres
L’engagement est si rare, prospecte ça et là !
 
Puisqu’il faut qu’on se repose, incartades sans fin
Quel certificat s’impose pour rien faire demain ! 
 
 

Puisqu'il faut qu'on se repose

Auteur : Paradoxale 36

parodie de "Aux arbres citoyens" deYannick Noah
PAROLES                                            PARODIE
Le ciment dans les plaines
Qu’autant deviennent sans-gène
Coule jusqu’au montagnes
Redoutent et s’épargnent
Poison dans les fontaines
Ne se donnent plus la peine
Dans nos campagnes !
Dans ce qu’ils gagnent
De cyclones en rafales
Et l’on chôme en spirale
Notre histoire prend l’eau
Illusoire repos
Reste notre idéal
Presqu’un idéal
« Faire les beaux »
Qui sonne faux !
 
 
S’acheter de l’air en barre
Destinée précaire s’empare
Remplir la balance
D’ l’avenir en balance
Quelques pétro-dollards
Mais quelques débrouillards
Contre l’existence
Montent en impudence !
 
 
De l’équateur aux pôles
Les demandeurs de rôle
Ce poids sur nos épaules
Se noient dans leurs diplômes
De squatteurs éphémères
Ces rêveurs de carrière
Maintenant c’est plus drôle
Sans arguments, se paument
 
 
Puisqu’il faut changer les choses
Puisqu’il faut qu’on se repose
Aux arbres citoyens !
Capable de rien
Il est grand temps qu’on propose
Au décourageant s’impose
Un monde pour demain !
Un monde de vauriens
 
 
Aux arbres citoyens
Maussade quotidien
Quelques baffes à prendre
Sans qu’on sache se vendre
La veille est pour demain
Le réveil reste éteint
Des baffes à rendre !
La tâche peut attendre
 
 
Faire tenir debout
S’affranchir des doutes(1)
Une armée de roseaux
Dans l’armée de marauds
Plus personne à genoux
Tant de personnes dissoutes(2)
Fais passer le mot
Aux cachets-placebos ! 
 
 
C’est vrai, la terre est ronde
Les formulaires abondent
Mais qui viendra nous dire
Ton cas devient un chiffre
Qu’elle l’est pour tout le monde
Tes projets se morfondent
Et les autres a venir ?
Mais tu dois subvenir !
 
 
Puisqu’il faut changer les choses
Puisqu’il faut qu’on se repose
Aux arbres citoyens !
Pléiade de « bon à rien »
Il est grand temps qu’on propose
Car évidemment s’impose
Un monde pour demain !
Une bande de vauriens !
 
 
Puisqu’il faut changer les choses
Puisqu’il faut qu’on se repose
Aux arbres citoyens !
Au stade malsain
Il est grand temps qu’on propose
Il est grand temps qu’on propose
Un monde pour demain !
Fonctions pour demain !
 
 
Plus le temps de savoir à qui la faute
Important, le devoir évite les fautes
De compter sur la chance ou les autres
Amputé d’une chance, ta vie se fond aux autres
Maintenant on se bat
L’engagement est si rare
Avec toi, moi j’y crois !
Prospecte ça et là !
 
 
Puisqu’il faut changer les choses
Puisqu’il faut qu’on se repose
Aux arbres citoyens !
Incartades sans fin
Il est grand temps qu’on propose
Quel certificat s’impose
Un monde pour demain !
Pour rien faire demain ! 
 

21/04/2015

OARISTYS parodie "Laissez-nous essayer" Yannick NOAH

Oaristys 
(Laissez-nous essayer) Le 09/09/08 - P/71
Je n'ai ni son nom, ni son âge 
Je n’ai qu’un prénom, un visage
Et tombe dans son filet mon corps agité
 
Je n’ai qu’une obsession dans l’appétence
Consommer l’autre
Je n’ai que frissons, place à l’indécence
 
Des étreintes sans espoir
Qui nous gangrènent notre mémoire
J’ai toujours, toujours résisté
Evité les autres regards
 
Laissons-nous côtoyer dans l’illusoire, plus qu’une volupté 
Laissons-nous emporter sans le vouloir, juste pour succomber
 
Renaît le démon sous imprudence
Une pomme nous tentant
Cueillie, on goutte les essences
Presqu'à l'instar des deux premiers(EU)
L’envie chuchote, assouvie, rassérène
 
Laissons-nous parfois emporter
Un instant, les désirs s’enchaînent
Laissons-nous déporter
Sans même savoir
Jusqu’où peut-on aller
 
Laissons-nous aux effets, même transitoires, juste s’abandonner
Laissons-nous étrangers sans au revoir, juste pour oublier
Laissons-nous étrangers sans se revoir, juste pour s’oublier 

01/12/2014

SI L'ENFER EST SUR TERRE parodie "Si tu savais" Yannick NOAH

Si l’enfer est sur terre
 (Si tu savais) Le 20/03/08 - P89
Si l ‘enfer est sur terre
Son coeur se trouve sous l' volcan de Théra(DC)
Son cri s’entend dans les guerres(DD)
Est-ce celui du massacre de Troie(DE)
 
Si l’enfer est sur terre
Il ressemble aux esclaves de Sparte(DF)
L’on meurt dans la misère
Parfois famine aide le choléra(DG)
 
Et si son âme est séisme(DH)
Son nom peut être Hiroshima(DI)
S’apparente aux génocides(DJ)
Sa voix ressemble à celle de la Shoah(DK)
 
Sous des crimes racistes(DL)
Des empreintes d’attentats(DM)
Ces chrétiens qu’on martyrise(DN)
Une Europe que ravagent les Hongrois(DO)
 
Si l’enfer est sur terre
Se nomme Midwest quand les eaux le noiera(DP)
Tremblements de colère(DQ)
Ils recouvrent la Chartreuse de gravats(DR)
 
Si l’enfer est sur terre
Il règnera à l’âge des Samouraïs(DS)
Son odeur, nucléaire(DT)
Elle se propage dans notre climat
 
La fin dans un calvaire
60 heures de combat(56)
Le film d’un reporter(57)
Le courage de la p’ tite Omayra(DU)
 
L’Africain aux galères(DV)
Ou le sort de Carthage(DW)
Au bout d’une croisière
Le naufrage qui marquera l’histoire(DX)
 
Si l’enfer est sur terre                      
Il sévit à côté
L’enfer sur terre
L’aspect est partagé
 
L’enfer sur terre
Rempli de cruauté
L’enfer sur terre
Reflet s’est propagé 
Le malheur est partagé….